Vous avez perdu votre animal de compagnie ? Pet Alert est là pour vous

0
851
Stéphane et Anne Marie David, dans les locaux de l'Arpa, rue Sorgentino. Crédits : NB

Votre chien s’est enfui ? Votre chat est porté disparu ? Pas d’inquiétude, Pet Alert va vous aider à mettre la main dessus. Avec plus de 10 000 profils déjà retrouvés dans les Alpes-Maritimes, ce collectif fondé en 2012 utilise l’outil des temps modernes : internet. Facebook, site web et autres applications.. Tous les moyens sont bons pour retrouver votre bestiole.

« Nous avons affaire à des personnes souvent désespérées, lance Ghislaine Peytour, bénévole à Pet Alert 06, on essaie de les soutenir du mieux que l’on peut. ». Elle et trois autres modératrices se mobilisent chaque jour « jusqu’à tard dans la nuit » pour relayer et partager les avis de recherches. Leur méthode ? Les réseaux sociaux. Avec plus de 30 000 likes sur leur page Facebook, les nouvelles vont vites. Preuve à l’appui : déjà 10 000 animaux retrouvés dans le département.

Une annonce publiée toutes les heures. Une collaboration avec les associations. Une application gratuite : « Petective ». Mais ce n’est pas suffisant : « Les affiches dans la rue sont complémentaires, explique Ghislaine, elles permettent à ceux qui n’ont pas accès aux réseaux sociaux ou à internet de revoir un jour leur animal. »

A contrario, l’avantage du web est pour elle de « toucher des personnes qui ne sortent pas de chez eux » mais aussi de « pouvoir revenir sur une annonce en cas de besoin. » Déjà présente en France -avec un groupe par département- l’association a battu des ailes pour prendre son envol direction l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg. Après plusieurs années de dur labeur entourée de bestioles, Ghislaine témoigne : « C’est si beau de voir un tel élan de solidarité. »

 

Le web, premier choix des propriétaires d’animaux

« Je fais entièrement confiance à Pet Alert. », bredouille Marion Hubert. Voilà un mois que cette femme a perdu son chien « Garçon ». « Sûrement mort » selon elle, cela ne l’empêche pas de continuer les recherches de son enfant poilu à quatre pattes. Pourtant, elle se limite au web. « J’ai déjà perdu un animal il y quelques années, j’avais placardé des affiches de partout. Ça n’avait pas marché. Maintenant j’essaye une autre technique. », déplore-t-elle d’une voix frêle.

Faire appel au pouvoir d’internet ? Même choix pour Justine Phiritch. Cette jeune femme a retrouvé dimanche soir une chatte dans les rues de Juan-Les-Pins. Premier réflexe : Facebook. L’annonce, directement partagée par Pet Alert 06. « Le web est présent de partout, raisonne-t-elle, le seul problème c’est qu’on ne touche pas les retraités. »

Près de 10 000 animaux retrouvés depuis 2012. Capture d’écran Pet Alert 06

 

« Pet Alert, ça reste surtout un moyen complémentaire. »

« Aujourd’hui, quand quelqu’un trouve un animal, il ne pense qu’à internet. Les gens oublient de faire appel aux associations. », râle Stéphane David, employé de l’Arpa [Alliance pour le Respect et la Protection des Animaux, Ndlr]. Dans les locaux de l’association, un café dans une main et un chat dans l’autre, il témoigne : « Si la perte d’une bête remonte à plusieurs mois, c’est impossible de retrouver l’annonce. Il y a énormément de publications sur la page facebook de Pet Alert 06. » Selon lui, les affiches dans la rue restent le meilleur moyen de retrouver un animal.

Il finit par approuver : « En fin de compte, il faut se servir de tout. » Une idée partagée par sa femme, Anne Marie, l’écoutant assise dernière son bureau. Quelques félins gambadent entre les fiches de paye et la souris de l’ordinateur. Des poils de chats volent dans la pièce. En plein milieu de ce décor digne d’un refuge animalier, elle achève la discussion : « Pet Alert, ça reste surtout un moyen complémentaire. »

@Baggioni_Nicolas