Volley-ball : Sanja Bursac, comme à la maison

0
367
Sanja Bursac, la Serbe du Cannet monte en puissance cette saison

L’internationale serbe Sanja Bursac a conquis Le Cannet. Arrivée sur la Côte en 2009, à seulement 19 ans, la réceptionneuse-attaquante est devenue une titulaire indiscutable. Et espère s’installer durablement dans le club.

Sanja Bursac, la Serbe du Cannet monte en puissance cette saison

Sanja Bursac peut sourire. Son équipe vient de remporter une victoire importante en Challenge Européen face à Athènes (3-2). Ce succès, Le Cannet le lui doit en grande partie. Après un début de match compliqué, elle a survolé le quatrième set et le tie-break. Au service, à la réception ou au smash, elle a écœuré ses adversaires du soir. Pourtant, pas question d’en tirer le moindre crédit, elle a « tout donné pour l’équipe ». C’est son « caractère de Serbe qui veut ça », sourit Daniel Bussani le président du club. L’intérêt collectif, le caractère, le plaisir, sont autant de valeurs qu’elle a apprises en Serbie. Un pays où le volley est roi et dont elle a été l’une des reines entre 2006 et 2009, avec quatre titres de championne de Serbie sous les couleurs de Belgrade.

Le Cannet, une deuxième famille

« Mon manager m’a conseillé la France pour poursuivre ma progression, et ça s’est fait naturellement avec Le Cannet » s’explique-t-elle. Ce choix, elle ne le regrette pas aujourd’hui. Car ici, elle est désormais chez elle. Aussitôt le match terminé, elle se retrouve déjà dans les tribunes, à embrasser amis et supporters. « J’ai beaucoup d’amis au Cannet » s’exclame la Serbe. D’ailleurs ils le lui rendent bien, et ne manquent pas de la charrier sur son français, pourtant très bon. Dans le fou rire général, elle préfère s’écarter pour répondre aux questions, preuve de son grand professionnalisme. Une attitude appréciée par son entraîneur, Ricardo Marchesi, qui a fait d’elle une pièce maîtresse de son dispositif tactique. Mais la joie de vivre et le caractère de Sanja Bursac rejaillissent également sur le mental de ses coéquipières.

Leader sur et en-dehors du terrain

Avec la capitaine Mallory Steux, elle est celle qui parle le plus sur le terrain. Après chaque point, Sanja encourage et motive ses coéquipières.  Forte de son expérience internationale (39 sélections avec la Serbie), elle possède également ce petit supplément d’âme qui fait d’elle une championne, « je suis comme ça c’est tout ». L’équipe a beaucoup changé depuis l’an dernier, avec pas moins de six départs pour neuf arrivées, en plus du changement de staff. Pas de problème. Sanja s’est investie à fond dans l’intégration des nouvelles et un groupe est né. « On est toutes amies en-dehors du terrain après cinq mois de vie commune, le groupe vit bien ». Son comportement exemplaire plaît à ses dirigeants, à l’heure où le club est en reconstruction. Daniel Bussani l’admet sans problème, il est « ravi d’avoir Sanja dans l’équipe ».

Nicolas Mangeard