Vieux Nice : un journal pour resserrer les liens entre les jeunes et les anciens

0
166
Marwen, Romain en compagnie d'Alphonse, leur moniteur ©KV

Incompréhension, relation tendue avec les résidents du quartier. Les jeunes de l’Espace J, ont trouvé la solution pour arranger la situation. Dans « Vieux Nice Inside », leur trimestriel, ils parlent de ces problèmes et donnent leur avis.

Huit pages pour parler de soi, du quartier du Vieux Nice et pour donner enfin son avis. Pour les quinze adolescents reporters, l’initiative était importante et nécessaire. Alphonse, l’animateur du centre Espace J, confirme «Ils voulaient exprimer leur ressenti et changer les préjugés». Dans le quartier, les relations avec les résidents sont parfois compliquées. Entre les jeux de ballons, les rires et les discussions un peu trop bruyantes, les habitants sont parfois sur les dents. Marwen avoue, «Ce n’est pas contre eux, mais on est jeune et on a besoin de se défouler. On a l’impression qu’ils ne nous comprennent pas».

Le projet voit alors le jour, pendant les vacances de la Toussaint. Par groupe de deux à trois, les adolescents choisissent les thèmes et partent tels de vrais reporters sur leur terrain. Rédacteur en chef, intervieweur, photographe, chacun a son poste. L’artiste José Curtis, le glacier Fenocchio et la poissonnière du Vieux Nice, se sont tous prêtés au jeu. «On a eu quelques refus mais dans l’ensemble, tout s’est très bien passé. Les habitants répondaient avec plaisir» atteste Marwen. Pour son frère, Romain, l’exercice était très prenant, «J’aime le contact avec les gens, je me suis beaucoup amusé à recueillir les informations. C’était un excellent moment».

 «On veut valoriser leur travail»

Après le terrain, place à l’écriture et la mise en page. Les jeunes journalistes aidés par des bénévoles du soutien scolaire et une graphiste, abordent les thèmes qui leur tiennent à cœur, le rap, leur nouveau terrain de sport, les repas solidarité et même la visite des locaux de Nice-Matin. Vendredi, avec fierté, ils fêtaient tous ensemble, l’inauguration de leur premier trimestriel. Il coûtera cinquante centimes et servira à financer les prochains journaux. Deux cents exemplaires seront publiés et vendus par les jeunes. Alphonse insiste «On veut valoriser leur travail et créer un vrai lien inter-générationnel entre les habitants du quartier.» Un projet ambitieux et motivant pour ces jeunes qui cherchent à renouer le contact avec les plus anciens.

Kelly Vargin