Viens chez moi je jardine chez un copain

0
243

Covoiturage, colocation… Les activités partagées sont à la mode de nos jours. Dans la région Niçoise, certains s’adonnent au cojardinage. Un principe simple : jardiner chez son voisin, son ami ou même, chez un inconnu.« Il faudrait penser à faire le jardin ». Franck, Niçois de 47 ans, a longuement entendu cette phrase de la bouche de sa femme. Par manque de temps et d’envie, il ne s’est jamais adonné à cette activité. Et pourtant, depuis quelques semaines, Franck prête son jardin situé dans les hauteurs de la capitale azuréenne. « Mon épouse est revenue du travail et m’a dit avoir trouvé la solution pour notre jardin », sourit-il. Curieux, il l’écoute et s’intéresse. « Je devais passer une annonce sur le site plantercheznous.com, décrire mon terrain et attendre des demandes », explique-t-il.

Son jardin contre des légumes

Après avoir reçu une dizaine de requêtes, Franck décide de prêter son jardin à Albert, un retraité vivant en appartement avec qui « j’ai lié des liens d’amitié ». Fait encore plus rare, Albert ne donne aucune somme d’argent pour son potager. Il doit juste mettre à profit sa main verte, procéder à des semis ou encore planter des plants achetés à ses frais. Mais Franck tire quelques avantages de son jardin cultivé. « Je préférais qu’il me fournisse quelques légumes », avoue Franck alors qu’il butine le jardin d’Albert installé chez lui. De voir un jardin haut en couleur a donné des envies à Franck. Lorsqu’Albert ne peut se déplacer, c’est Franck qui l’arrose et remue la terre.

De là à imaginer Franck cultiver les 400m² de terrain restant il n’y a qu’un pas … qu’il ne compte pas franchir dans l’immédiat. « Ça demande bien trop de travail et de patience, je peux dépanner mais pas plus », ajoute Franck.

De son côté sa femme, Patricia est ravie de voir son « terrain prendre forme », et languit « de déguster salades et autres tomates ».

ANTHONY BELIN