Val d’Oise: les détenus veulent la révolution

0
203

Les détenus de la maison d’arrêt du Val-d’Oise se rebellent! Hier après-midi, ils ont semé l’anarchie après la promenade quotidienne. Un incident du genre avait déjà eu lieu mercredi dernier. Mais cette fois-ci, les dégâts sont de plus grande envergure.

Il est 16 heures dans la maison d’arrêt du Val d’Oise. C’est la fin de la promenade. Mais comme mercredi dernier, les détenus décident de ne pas regagner leur cellule. Il arrachent les fils barbelés séparant les deux cours pour se regrouper. Ce qui leur permet d’être deux fois plus nombreux que la veille. Quelque 200 détenus se joignent au mouvement. Et très vite, ils parviennent à bloquer les portes d’entrées des deux cours. Puis ils arrachent un grillage qui mène sur une zone interdite aux détenus. Un des surveillants raconte que c’est la première fois qu’un incident d’une si grande ampleur se produit ici. D’après lui, les détenus de la maison d’arrêt du Val-d’Oise n’avaient jamais éventré ce grillage auparavant.

Les CRS ne maitrisent pas la situation

A 18 heures, des CRS arrivent sur place. Mais faute de ne pas maitriser la situation, ils font appel à des hommes des équipes régionales d’intervention pour la sécurité et des agents de l’administration pénitentiaire. Ce qui suscite encore plus de colère chez les « individus rebelles ». D’après les pompiers, trois détenus seront brièvement blessés. Et il faudra attendre 20h30 pour que le calme et l’ordre reprennent leurs droits.

Pas de ballon prisonnier

Dimanche dernier, après la promenade quotidienne, une surveillante a refusé qu’un détenu regagne sa cellule avec un ballon de football. C’est de là que tout a commencé. Quelques détenus, pris de colère, ont violemment agressé les surveillants. Six gardiens ont été blessés.

La justice a prononcé un mandat de dépôt à l’encontre des cinq détenus impliqués dans ces violences en attendant leur jugement.

Marine ROSSETTO