Une transat historique

0
164

La Route du Rhum est l’une des compétitions nautiques les plus célèbres dans le monde de la voile. Au départ, simple aventure destinée à relancer une économie en perdition, cette transatlantique est devenue au fil du temps synonyme de courage, de persévérance et de professionnalisme pour tous les skippers qui y participent.La Route du Rhum est une course transatlantique en solitaire, sans escale et sans assistance. Elle part de Saint-Malo pour arriver à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. Cette transat de 3510 milles (environ 6500 km) se déroule tous les quatre ans au mois de novembre. Elle met aux prises deux types de navires, les monocoques et les multicoques, répartis en plusieurs classes selon leur longueur.

Une épreuve nautique pour valoriser le rhum !

L’idée d’organiser la Route du Rhum date de 1975. Le secrétaire général du Syndicat des Producteurs de Sucre et de Rhum des Antilles, Bernard Hass, et un de ses amis, Florent de Kersauson, décident de mettre en valeur la filière du rhum. Tous deux imaginent une course à la voile qui aurait pour point d’arrivée l’archipel des Antilles. Le projet est alors présenté au publicitaire Michel Etevenon qui accepte l’idée.

La première édition a lieu en 1978 et compte 38 engagés. Elle est remportée par Mike Birch en 23 jours. Cette première Route du Rhum restera dans les mémoires en raison de l’infime écart entre les deux premiers (98 secondes), mais également de la disparition d’Alain Colas pendant la transat. (voir encadré)

L’aventure fait place à la performance

Le succès de l’édition initiale amène les organisateurs à poursuivre l’aventure. La Route du Rhum devient alors une course atypique évoluant avec les progrès techniques. L’arrivée des balises Argos en 1982 permet de suivre la progression des bateaux avec précision, mais surtout de repérer d’éventuelles avaries. En 1986, l’omniprésence des multicoques ouvre la porte d’une ère nouvelle : la recherche de la performance. C’est cette même année que Loïc Caradec disparaît en mer (voir encadré). Les années 90 verront l’émergence du terme « Formule 1 des mers ». En effet, les bateaux deviennent de plus en plus performants, notamment grâce à l’utilisation du carbone qui assure un gain de poids et une résistance hors du commun. Florence Arthaud restera comme la première femme à s’être imposée sur la Route du Rhum en 1990. Quatre ans plus tard, la direction de course décide de distinguer les multicoques des monocoques, leur performance étant inégale.

La Route du Rhum 2010 : l’année de tous les records

La neuvième édition de la Route du Rhum s’est élancée le 31 octobre dernier de Saint-Malo. 86 concurrents répartis en cinq catégories y participent. La nouveauté de cette année est la fin de la limitation de taille des bateaux. Avec un trimaran de 32 mètres de long et 16 mètres de large, Thomas Coville possède le plus grand bateau du plateau. C’est avec un navire d’une telle envergure que le record de la traversée peut être battu (7 jours, 17 heures, 19 minutes et 6 secondes lors de la précédente édition par Lionel Lemonchois). Les budgets alloués à ces « géant des mers » sont de plus en plus importants à chaque édition. Par exemple, la construction du trimaran de Sidney Gavignet a coûté 4,5 millions d’euros. Enfin, les vainqueurs de chaque catégorie se partageront la somme de 210 000 euros.

Jean-Baptiste Méline