Une Syrie en sang depuis 2011

0
98

A Vienne, ce vendredi, une conférence internationale sur la Syrie aura lieu. Les pays qui interviennent militairement ou financièrement seront présents afin de trouver une transition possible sans Bachar Al Assad. Ce dernier participe à l’exécution de son peuple depuis le début de la révolution. Des chiffres le prouvent par un bilan effrayant.

Torturé, brûlé, électrocuté, lacéré, Hamza El Khattib, 13 ans, est le symbole de la révolution syrienne. Après avoir participé à une manifestation le 29 avril 2011, il est arrêté par le régime. Il n’en reviendra pas. La révolte a commencé en mars de la même année. Elle s’est soldée par une guerre civile entraînant plus de 250.000 morts selon l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH) basé en Angleterre. Une organisation non gouvernementale qui recense les personnes touchées. Ses informations, fournies par des correspondants, viennent de Syrie. De son côté le régime ne communique pas de chiffres officiels. 

D’après l’OSDH, près de 120.000 civils ont été abattus dont 12.500 enfants et environ 30.000 personnes sont toujours portées disparues. Le conflit syrien est marqué par une succession d’attaques particulièrement meurtrières. Gaz neurotoxiques, armes chimiques, barils de TNT, obus, raids aériens, ce sont les moyens utilisés par le président afin de réprimer les opposants. Des forces étrangères telles que la Russie, l’Iran ou le Hezbollah  chiites sont venues prêter main forte à Bachar Al Assad. Des groupes liés à l’Etat Islamique (EI) se sont introduits en Syrie pour combattre le régime et les rebelles. Les victimes sont nombreuses : 80% d’entre-elles ont été tués par les forces de l’ordre et 10% par l’EI. L’OSDH recense 37.000 morts du coté de l’EI et 4.200 pour l’Iran et le Hezbollah. Les Russes ont fait 370 victimes dont 127 civils.

La guerre a causé des dommages collatéraux considérables. Près de 12 millions de syriens, soit 50 % de la population, se sont déplacés à l’extérieur du pays ou à l’intérieur, dans des régions moins touchées. Plus de 8 milliards de dollars sont réclamés par l’ONU pour aider les victimes du conflit selon l’AFP.

Lien externes : Des chiffres assassins
Carte attaques les plus meurtrières (attention, certaines images peuvent choquer)

Cyrielle Croisier & Meye Mando