Un derby azuréen sans saveur

0
227

L’AS Monaco reçoit au Stade Louis II, le voisin niçois samedi soir pour le compte de la 15e journée de Ligue 1. Un match de mal classés sur fond de derby azuréen. Si l’enjeu est important pour les deux clubs, les tribunes auront peut-être du mal à trembler, tout comme les filets.

Bien partis en début de saison, les deux clubs se débattent dans le fond du classement. L’OGC Nice pointe à la 15e place, son prochain adversaire deux places derrière. Si les deux équipes préparent le match comme n’importe quelle autre rencontre, le perdant pourrait entrer dans la zone rouge à l’issue de la 15e journée. « On ne joue pas en se disant que si on perd on va être relégable. Vaut mieux se dire que si on gagne on sera 10e » confie Eric Roy.

L’entraineur du Gym va devoir composer avec les blessures, notamment celle du milieu de terrain Julien Sablé et d’Abdou Traoré. Côté monégasque, c’est la même chanson. À l’infirmerie du rocher : Vincent Muratori, Cédric Mongongu et le Roumain Daniel Niculae. Mais c’est surtout l’arrivée tardive du Sud-Coréen Park sur le Rocher, retenu pour les Jeux asiatiques, qui pose problème à Guy Lacombe.

Vers un match nul

À L’OGC, c’est la crise en attaque avec seulement 11 buts. Orphelin de Loïc Rémy, c’est Danijel Ljuboja, remplaçant désigné, qui est le co-meilleur buteur du club avec seulement deux réalisations, à égalité avec Ben Saada et Faé. Les hommes d’Eric Roy ne se sont plus imposés à l’extérieur depuis la deuxième journée à Lorient (1-2). L’Argentin du Gym, Renato Civelli, désespère : « Il faut donner plus de ballons à nos attaquants. Le football reste un jeu d’équipe. »

Les joueurs de la principauté ne sont pas non plus des foudres de guerre avec seulement 17 réalisations. L’AS Monaco, c’est surtout la 4e défense de la Ligue 1. Quand on sait que les deux équipes frappent très peu au but et marquent encore moins, l’intensité du jeu samedi soir pourrait être pauvre.

Des tribunes vides ?

Avec une fréquentation en baisse et une affluence moyenne de 4976 spectateurs, le Stade Louis II pourrait avoir des airs de huis clos. L’absence de buts et de joueurs attractifs poussent à la désertion. L’AS Monaco joue principalement le maintien depuis plusieurs années.

Le souvenir des événements de janvier dernier pourrait aussi refroidir les éventuelles ardeurs des supporters niçois et monégasques.

Thibault Perrin