Tout se jouera au match retour

0
201

Hier, deux clubs français étaient en lice en 16e de finale de l’Europa League. Si les deux ont fait match nul 2-2, les Parisiens ont arraché ce score à Borisov face au Bate dans un froid glacial (-17°C), alors que les Lillois se sont fait rejoindre dans les dernières minutes à domicile. La qualification s’annonce donc délicate pour le LOSC, alors que le PSG devrait facilement atteindre les 8e de finale.

Le PSG en ballottage favorable

C’est par un froid sibérien que le PSG défiait le Bate Borisov en Biélorussie, hier en fin d’après-midi. Mais après avoir été menés deux fois au score, les joueurs d’Antoine Kombouaré ont tenu le choc et ont réussi à arracher le match nul grâce à ses deux attaquants en disgrâce : Erding et Luyindula.

Au bout d’un quart d’heure de jeu, les Biélorusses ont ouvert le score, mais un Erding revanchard leur a répondu moins de quinze minutes plus tard. Ensuite le match a été très poussif pour des Français qui savaient que ce genre de match européen s’apparente plus à un traquenard qu’à une promenade de santé. Après leur égalisation, ils ont eu toutes les peines du monde à développer un jeu digne de ce nom, et ne se sont quasiment pas procuré d’occasion de but. A 1-1 le PSG gardait un petit avantage avec leur but inscrit à l’extérieur, mais c’était sans compter sur la volonté des Biélorusse, et surtout sur le 2e but qu’ils ont réussi à marquer à la 82e minute. Tout était alors à refaire pour les Parisiens qui manquaient de peu d’encaisser un troisième but à la 85e.

Pourtant, trois minutes plus tard, c’est le grand banni du PSG qui allait s’illustrer : à la 88e minute, Peggy Luyindula reprenait un centre de la tête et offrait le nul à ses coéquipiers. Cantonné à un rôle de doublure, Luyindula n’a jamais eu la confiance de son entraîneur. Comparé à un Erding qui enchaîne les matchs en tant que titulaire malgré ses piteuses performances, Luyindula n’a jamais bénéficié de clémence et surtout de temps pour retrouver la confiance indispensable aux buteurs. La performance de l’ancien joueur de l’équipe de France, hier soir en Biélorussie, fera peut-être réfléchir Antoine Kombouaré…

Avec ce match nul 2-2, le PSG pourra se contenter d’un nul 0-0 ou 1-1 au Parc des Pinces pour se qualifier.

Ça aurait dû être plus facile pour le LOSC

2-2, c’est aussi le score de Lille-PSV Eindhoven. Les Lillois peuvent s’en mordre les doigts après avoir dominé quasiment toute la rencontre. Deux minutes de cauchemar résument la soirée des Nordistes.

Rudi Garcia avait choisi de faire tourner son effectif au Stade de Villeneuve d’Ascq, avec entre autres Moussa Sow et Eden Hazard sur le banc. Si la Ligue Europa ne semble pas être un objectif prioritaire pour le LOSC, la première période était à sens unique. Elle a débuté par un joli but d’Idrissa Gueye à la 6e minute ; puis Tulio De Melo, au terme d’un superbe mouvement collectif, doublait la mise à la 31e.

La seconde période est repartie sur les mêmes bases, et les Lillois ont raté toutes leurs occasions de tuer le match, à l’image de Stéphane Dumont à la 50e et de Pierre-Alain Frau à la 56e, tous deux incapables de cadrer leurs frappes.

A la 75e, c’est Yohan Cabaye qui gâchait un très bon coup-franc..

En face, le PSV Eindhoven a réussi le hold-up parfait : en l’espace de deux minutes, Wilfried Bouma (83e) puis une minute plus tard Ola Taivonen ont montré tout leur opportunisme pour faire revenir leur équipe à 2-2. Les Bataves repartent de France avec un moral reboosté et surtout avec un avantage certain pour la qualification en 8e de finale. De leur côté, les Lillois débutent bien mal la série de sept matches en vingt-deux jours qui les attend. Ils auront l’occasion de se refaire dès ce dimanche à Montpellier, et avec Hazard et Sow.

Baptiste Quenaudon