Toulon-Clermont : le rugby lève le rideau sur de nouveaux espoirs

0
73

Samedi, le Rugby Club Toulonnais affrontait, à Nice, l’ASM Clermont, dans le cadre de la 12e journée de top14. Mais l’autre événement de la journée était le match d’ouverture entre l’équipe monégasque et les espoirs de Toulon en rugby à 7.

Un rêve d’enfant. Les rugbymen monégasques et toulonnais ont pu le concrétiser samedi 29 novembre. Fouler la pelouse d’un aussi grand stade qu’est l’Allianz Riviera, rencontrer des professionnels… Une occasion qui, pour certains, était une première : « C’est la première fois que je participe à un tel événement, à savoir jouer un match d’ouverture de top14 » révèle Adrien Santucci, demi d’ouverture à l’AS Monaco rugby. Avant de préciser : « J’ai déjà eu la chance de jouer sur des terrains de top14, notamment ceux de Perpignan, Agen ou encore le Racing Metro sur lequel on a été sacré champions de France. Mais ce match là c’était vraiment autre chose ». Cette fois-ci c’était une autre dimension. Car les amateurs ont pu évoluer dans un grand stade de football, d’une capacité totale d’environ 35.000 places. Alors même si les tribunes n’étaient pas remplies au moment du match exhibition, le simple fait de jouer devant plus de 5.000 personnes était déjà une sensation exceptionnelle.

Des rencontres inoubliables

En prime, les joueurs de Monaco et Toulon ont pu approcher de près quelques professionnels. De son côté, Adrien a échangé quelques mots avec Steffon Armitage, le troisième ligne toulonnais : « Pendant notre match on a vu les joueurs du RCT qui sont sortis sur la pelouse. C’était déjà exceptionnel de les voir de si près. Et en retournant aux vestiaires, j’ai eu la chance parler à Armitage ». Mais la consécration, c’est sans aucun doute sa rencontre avec le trois quart centre de Clermont, Aurélien Rougerie : « C’est mon idole depuis tout petit, donc le fait de le voir de si près c’était une grande fierté » s’enthousiasme l’étudiant de 19 ans.

Une aubaine pour le rugby à 7

Et si cette rencontre a beaucoup plu aux joueurs, cela a surtout permis de populariser le rugby monégasque, et surtout le rugby à 7. « Forcément ça apporte de la reconnaissance à ce sport, et ça montre que le rugby à 7 peut exister à Monaco, au delà du rugby à 15 qui à Monaco n’est pas très médiatisé » constate le demi d’ouverture. Une reconnaissance grandement bénéfique pour cette discipline en vue des Jeux Olympiques de 2016.

Harry Hozé