Stéphane Goujon : « L’EDJ, est une fierté pour moi »

0
122

Stéphane Goujon 22 ans, fille de la directrice Marie Boselli, est Community Manager à l’EDJ et responsable du site EDJ News. Elle répond à nos questions sur sa vie au sein de l’école de journalisme.

– Stéphane, vous êtes liée de très près à l’EDJ, que représente cette école pour vous ?

L’EDJ c’est particulier pour moi parce que, j’y suis un peu née. L’école a été créée en septembre 1990 et je suis née en mai 1990, donc j’y suis liée de très près effectivement. J’y ai vraiment passé toute mon enfance. Je possède d’ailleurs une multitude de photos et de vidéos avec mes parents dans l’école qui se trouvait à Valombrose à l’époque. Petite, je jouais constamment avec les boutons du studio radio ou encore les bonnettes des micros. Ma mère et mon père on monté l’école tous les deux, j’ai aussi un de mes grands frères qui est passé par l’école… Elle fait partie entièrement de ma vie !

 – Etes vous fière de cette école ?

Oui j’en suis très fière, parce que je vois à quel point elle a évolué. Au début, c’était une toute petite structure : mes parents ont monté cette école en partant « de rien » , juste avec leur expérience. Au fil des années, on a eu de plus en plus de renommée, ceci s’explique par le fait que de plus en plus de nos étudiants intègrent des rédactions, et aussi par les grandes qualités de nos professeurs. Cette évolution est très importante pour moi et c’est pourquoi j’en suis très satisfaite.

 – Quel a été votre parcours ?

Mon parcours est très simple, j’ai eu mon bac à 17 ans. J’avais toujours rêvé d’être avocate, alors directement après le bac je suis allée à la faculté de droit. Je me suis très vite rendu compte que ce n’était pas fait pour moi. J’ai donc arrêté le droit et me suis posé la question de savoir ce que je voulais de ma vie à présent. Ayant toute ma famille dans le journalisme, je me suis dit que j’avais sûrement cela dans le sang. J’ai fait ma licence à l’école, sans savoir si cela me plairait ou pas. Dès les premiers mois, je me suis rendu compte que j’étais faite pour cela. A ma sortie de l’école, j’ai enchaîné pas mal de stages : le premier chez France Bleu Azur. Ensuite je suis partie à Paris pour aller travailler chez  Europe 1Radio Classique et BFM TV. Après tout cela, Marie m’a proposé de venir travailler avec elle, et là, je n’ai pas hésité une seconde, car au fond c’est ce que je voulais faire, travailler dans l’entreprise familiale.

 – Comment êtes vous devenue Community manager ?

Je n’étais pas du tout partie pour cela au départ, puisqu’à Paris, j’ai fait énormément de radio. Marie trouvait que l’EDJ n’était pas assez présente sur les réseaux sociaux. Quand elle m’a parlé de cela, je suis repartie à Europe 1 pour travailler au sein de la cellule Community management. En bossant sur la cellule web et les réseaux sociaux, j’ai tout de suite accroché, j’ai vraiment apprécié cette immédiateté de l’information. Avant de commencer ce poste en juillet dernier, j’ai aussi suivi une formation sur Twitter. C’est la pratique qui a fait qu’au fil du temps, j’ai su de mieux en mieux m’adapter à ce métier là.

– En quoi consiste le métier de Community manager ?

C’est vrai que c’est un mot un petit peu particulier, « le Community management ». Pour résumer, c’est la personne qui va s’occuper de l’image d’une entreprise sur les réseaux sociaux, comme Facebook, Twitter, Viadeo… etc. Il y a en quelques sortes deux genres de Community managers : ceux qui sont dans les grandes sociétés ou les entreprises et qui vont gérer les communautés, twitter, alimenter les comptes Facebook… Et il y a les journalistes qui sont Community managers et qui utilisent les réseaux sociaux pour y mettre les informations récoltées par leur rédaction.

– Ce métier est il véritablement lié a celui de journaliste ?

Oui, quand on est Community manager pour une rédaction, c’est vraiment lié au métier de journaliste. Toute la journée on suit l’actualité en continue, on est au coeur d’une rédaction. Mon poste est aussi lié au métier de journaliste car je gère, en plus de la promotion de l’école, le site EDJ News, sur lequel je publie chaque soir les articles des étudiants.

– Selon vous, quelle place ont les réseaux sociaux dans notre société ?

Je pense que depuis plusieurs années, ils ont une place très importante au sein de la société et au sein de l’actualité aussi. C’est un moyen simple de s’exprimer mais aussi et surtout d’informer. Les médias s’en servent de plus en plus. Aujourd’hui, on se rend clairement compte que tous les journaux, les radios et les télés sont très présents sur ces réseaux sociaux. Ils s’en servent énormément pour parler directement à leurs lecteurs, auditeurs et téléspectateurs. C’est vraiment quelque chose qui a une place grandissante au sein de la société.

– Comment imaginez vous votre avenir professionnel ?

Pour l’instant, je me sens très bien à ce poste-là parce que je gère ce côté Community manager et EDJ News, mais en même temps, je m’occupe aussi de plein d’autres petites choses dans l’école. En plus, si j’ai envie d’écrire un peu, de faire des papiers ou de l’antenne, je peux très bien me servir d’EDJ News pour parler de certaines choses et je l’ai déjà fait. Donc j’ai un poste très varié dans lequel je suis à l’aise. Mon avenir professionnel c’est sûr que je l’imagine ici.

 – Vous voyez-vous un jour aux commandes de l’EDJ ?

L’EDJ est une école et une société dans laquelle je me sens très bien. Pour l’instant nous n’en avons pas encore parlé. Mais si Marie souhaitait que je la remplace dans quelques années, si elle m’apprend son métier, je me sentirai à l’aise et serai très fière de reprendre le flambeau et de faire perdurer cette école qui me tient à coeur.

 Nelly Daubord