Stéphane Brogniart sur le toit du Mercantour

0
397
Stéphane Brogniart a réussi le défi en 47 heures et 31 minutes / CP : Justine Vannson

Après la traversée des Vosges en ski à roulettes et Marseille-Calvi en kayak, l’ultra-trailer Stéphane Brogniart a surmonté un défi inédit : réussir la Grande Traversée du Mercantour en moins de 48 heures.

Il a abouti ce que personne n’avait jamais tenté. Stéphane Brogniart a rallié Estenc (83) à Menton (06) en moins de 2 jours. Le Vosgien s’est imposé lui-même cette aventure et « être à l’initiative de ce projet [l]’a beaucoup aidé. Je reste tout de même un être humain donc, évidemment, j’ai connu quelques moments de faiblesse. » Son équipe de l’association Etarcos (nom du projet qui s’étale sur 5 ans) l’a beaucoup soutenu car durant le parcours elle pouvait lui rappeler « certaines valeurs. »  Les 212 kilomètres et 12 000 mètres de dénivelé positif n’ont jamais fait peur à cet habitué des défis : « j’ai élaboré toute une stratégie pour toujours être au-dessus de la contrainte », confie l’ultra-trailer. L’athlète a connu deux jours intenses mentalement, avec très peu de repos mais il avait tout élaboré à l’avance. « Je suis préparateur mental pour sportif de haut niveau, la notion de contrainte est entrée en jeu et il ne fallait pas qu’elle me fasse poser genou à terre. »

47 heures, 31 minutes

De jour comme de nuit, en montagne comme sur du plat, Stéphane Brogniart est resté focalisé sur sa course. Pour lui, il ne fallait pas « mettre [son] esprit ailleurs » même si une partie du tracé était plus simple.

Dans les moments les plus difficiles, notamment dans la vallée des Merveilles, où il a fallu 8 heures et demie pour effectuer 28 kilomètres entre Madone de Fenestre et Camp d’Argent, l’athlète a tenu le coup et grâce à sa concentration il n’a « pas vu la difficulté. » 

Parti vendredi à 17h42, il a franchi la ligne d’arrivée sur les plages de Menton dimanche à 17h13, ovationné par quelques curieux qui ont immortalisé ce moment avec leur appareil photo. Le champion, fatigué mais heureux, a terminé son troisième défi de l’année après la traversée des Vosges en ski à roulettes et Marseille-Calvi en kayak. Cet objectif précède une autre montagne encore plus impressionnante : en 2023, Stéphane Brogniart a l’intention de relier seul le Pérou à la Nouvelle-Calédonie par le Pacifique en barque. « Tout est contre moi, je suis vosgien, je ne connais rien à la mer, mais je vais tout mettre en œuvre pour le rendre possible. »

ANALIE SIMON