Start’ In Mode : des étudiants en commerce déroulent le tapis rouge

0
257
Léa et Perrine, étudiante en commerce à Sophia Antipolis, vérifient la salle

La cérémonie au Négresco débutera à 20 heures ce jeudi. Dans les coulisses, les jeunes sont en ébullition avant le défilé.

 

Léa et Perrine, étudiante en commerce à Sophia Antipolis, vérifient la salle

À 19h30 ce jeudi soir, le salon Royal du Négresco devra être fin prêt. C’est le challenge de Victor Hoernle et Perrine Demangel, les organisateurs principaux de la Start’ In Mode. En deuxième année à la Skema Business School à Sophia Antipolis, leurs pensées sont tournées vers ce défilé-concours depuis presque un an. « C’est la 11e édition mais la première fois que nous investissons le Négresco », explique Perrine. Le podium a longtemps été installé au Majestic, à Cannes. « Nous voulions un endroit plus grand. Le Négresco était notre premier choix. C’est un hôtel de luxe très reconnu », confie la vice-présidente de l’association. Un luxe qui a un prix. « 50% de notre budget y est passé ». Leur trésorerie de 9000 euros a fondu à une vitesse éclair : 4300 euros pour un jour de prestige au Négresco. Des billets d’avions pour les six membres du jury, en provenance de Paris, et même Rome. Deux créatrices Antonine Peduzzi et Lisa Orsini font le voyage depuis l’Italie. Sans oublier les frais d’hôtel. Victor n’oublie pas ses invités : « Comme 80% sont des étudiants de la fac, des bus feront la navette entre Antibes et Nice. Cela a un prix ».

Un pari osé

« Nous devons nous occuper d’un invité de dernière minute». Léa, responsable du pôle événementiel, s’agite. Consciente que le timing est bien serré, elle exige une implication totale de chacun. Des imprévus surviennent. Un juré a raté son avion. Heureusement un autre vol est programmé. Les étudiants ont certains contrats à remplir. « Seules 200 personnes ont acheté les préventes pour l’after au High Club », s’inquiète Victor. Un accord de 500 clubbers a été négocié pour qu’ils n’aient pas à payer la salle. Un coup de poker est engagé. Le défilé de ce soir se veut professionnel. « Onze créateurs ont été sélectionnés sur dossiers », décrit avec sérieux Perrine. Ils présenteront des tenues sur le thème de la « fin du monde » et du « rêve diurne ». Passionnés de mode, Victor, Perrine et les autres bénévoles (étudiants, mannequins, photographes) n’ont qu’une seule idée : être à la hauteur des plus grands de ce monde.

Sarah Dehaut & Céline Engasser