Sébastien Vidal : un entrepreneur aux mains d’argent

0
253

Depuis 2010, Sébastien Vidal ne vit que pour Immo-neo. Son entreprise, c’est sa vie, son quotidien. Au fil des années, l’homme a su se démarquer par un produit original et innovant. 

En rentrant dans la salle, Sébastien Vidal marche d’un pas assuré. Il prend une courte inspiration et un sourire apaisé avant de commencer : personne n’aurait pu prévoir sa réussite. Sébastien Vidal, fils d’une agente immobilière s’est tout simplement lancé dans la même voie que sa mère il y a 8 ans : « je préfèrerais vendre des biens auprès d’un notaire que d’aller en cours d’anglais », rigole-t’il avec un regard malicieux. À seulement 22 ans, le jeune homme a décidé de lancer son propre concept. Il devient le loup de l’immobilier niçois. « Je savais qu’on ne répondait plus aux attentes des clients. J’ai décidé de ne plus travailler avec ma mère et de lancer ma propre entreprise », explique-t’il avec de grands gestes. Après un bac ES, il se lance dans un BTS immobilier en alternance. Son début de carrière sera dans l’agence de sa mère.

Sept ans plus tard, Sébastien l’assure,  il tient la deuxième page d’immobilier la plus populaire sur Facebook. Son projet est le centre de sa vie. Bien habillé, mallette en main, le jeune entrepreneur s’exprime avec aisance. Pas de temps pour une vie privée. À 31 ans, le brun aux yeux clairs n’arrive pas à se dégager du temps. Une entreprise qu’il entend bien de faire évoluer : « on attend des levées de fonds, si on pèse des millions ça change tout » dit-il sourire aux lèvres. Il est le premier sur Facebook à avoir eu l’idée de court-circuiter les agences immobilières. Proposer un forfait fixe et détruire les frais d’agence : c’est le concept d’immo-neo.

Offrir des services pour ensuite signer un contrat, une stratégie bien ficelée : « on les coach gratuitement mais vu qu’ils ne se sentent pas, ils nous paient pour les aider » explique-t’il fièrement. Son but : être proche de ses clients et vendre son image : « quand on vend un bien, on revient chez les clients avec une bouteille de champagne et on prend des photos » raconte-t’il en blaguant.

Un mot d’ordre : communication. Faire parler de lui dans les médias, sur les réseaux et inonder la toile de son nom et de son image. « La plume d’un journaliste est importante, c’est grâce à vous que les gens s’intéressent à notre projet » Sur sa page, le jeune agent met en avant les articles, médias qui se sont intéressés à lui. Une fois lancé, Sébastien ne s’arrête plus. Confiant, il croit en son projet : « depuis le 1er janvier 2017, on vend des biens chaque jour ! » Maintenant exporté en Italie mais aussi aux quatre coins de la France, l’entreprise du jeune Antibois évolue. Persévérant, il n’a qu’un but : faire d’Immo-neo, le numéro un français de l’immobilier.

Célia Giusfredi