Salon Studyrama, vous faites quoi l’an prochain ?

0
193

Antoine et Thibault se connaissent depuis 3 ans. Ils se retrouvent en ce vendredi au salon Studyrama de Nice. Leur but ? Être conforté dans leur choix d’orientation. Ce salon est l’occasion pour eux de rencontrer les représentants d’écoles supérieures.« Mais non c’est par là ! », s’exclame Antoine. Un grand nombre d’étudiants s’amassent devant la carte du salon, la rendant inaccessible. Pour les deux étudiants la solution est claire. Ils doivent se munir du Saint graal de la visite : le plan. Désormais, tout s’éclaire pour les deux étudiants en terminale ES. Les préoccupations d’Antoine se résument à deux domaines qui l’intéressent : l’ostéopathie et le travail du son. Deux domaines sensiblement variés qui apparaissent comme une évidence pour le jeune homme. Thibault, lui, n’a qu’une seule envie, un seul objectif. C’est l’hôtellerie. Qu’à cela ne tienne, il ira voir le lycée hôtelier Paul Augier. Antoine quant à lui se dirigera au stand d’ostéopathie.

« Quelles sont les matières ennuyeuses ? » questionne Thibault, intéressé par un BTS RH (Responsable d’Hébergement). Drôle d’entrée en matière pour le jeune homme. Mais pour lui, cette rencontre a pour but de le renseigner sur ce qui l’attend. Pour la route, quelques petites questions sur les modalités d’entrées sont posées au dernier moment. « Une procédure d’admission Post-Bac classique accompagnée d’un entretien et d’une lettre de motivation » indique la conseillère du Lycée hôtelier. Il avait omis les deux derniers paramètres, il va falloir s’y mettre !

Renseignements et motivation

Entre l’artistique et le médical, le cœur d’Antoine balance. Désireux de garder le meilleur pour la fin, il se rend dans un premier temps au stand d’ostéopathie. Deux charmantes hôtesses l’accueillent. Blouse blanche, sourire aux lèvres, l’auscultation peut commencer. « Quelles sont les critères requis pour rentrer dans votre établissement ? » demande l’étudiant au bonnet. « Une bonne lettre de motivation », voilà le secret d’une entrée sans encombre au centre ostéopathe Athman. Ces renseignements en poche, l’étudiant se dirige vers l’ESRA (Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle). Après avoir rempli la brochure de renseignements, Antoine apprend qu’il devra satisfaire à un concours d’entrée assorti d’un test sonore individuel et collectif. Aucun souci pour l’étudiant, il baigne dans ce milieu depuis sa naissance. Son père est un saxophoniste confirmé.

Les hésitations derrière eux

« Mon choix pour l’hôtellerie est le bon ! », sourit Thibault. Il n’en fallait pas plus pour transformer l’essai. Les doutes dissipés, l’étudiant promet de « se rendre aux journées portes ouvertes organisées par le lycée ». Antoine hésitait. Mais après deux rencontres, son choix est arrêté. « Je veux faire de la musique comme mon père… mais pas dans le même style » tempère le jeune homme. Pour lui, point question de saxophone, « travailler dans un studio avec des rappeurs serait mon but ultime ».

Anthony Belin & Erwan Rousseau