Rythme scolaire : le petit mercredi matin de la discorde

0
246

La réforme du rythme scolaire est en pourparlers. A Nice, un questionnaire est réalisé auprès des acteurs de l’école. Objectif : réaménager sans incidence l’emploi du temps de plus de 28 000 écoliers. 

Dorénavant, mercredi matin, plus de grasse matinée et de « prélassement » devant la télé, les écoliers vont sans doute perdre la pause du milieu de semaine. La réforme se met en place pas à pas. Le Gouvernement souhaite laisser le choix aux maires français d’appliquer cette réforme soit à la rentrée 2013 ou en septembre 2014. Pour sa part, Christian Estrosi, Député maire de Nice (UMP), prendra sa décision une fois les résultats de l’enquête obtenus. Ces derniers sont attendus mi-décembre.

Mais qu’en est-il de cette matinée supplémentaire à Nice ? Lionel Edouard, Directeur de l’Ecole Fuon Cauda, se veut rassurant : « Le mercredi sera une matinée de classe ordinaire où les enseignants auront des horaires à respecter selon les directives des chargés de programmes. Cependant, l’enseignant restera libre de la répartition des matières. » En ce qui concerne, le volume horaire des élèves, le sujet divise le corps enseignant car pour eux  « il ne s’agit pas que de rythme, il faut refaire tous les programmes. C’est un ensemble. Si on veut une école qui répond à ses missions de formation des nouveaux citoyens », conclut Lionel Edouard.

Ce qu’en disent les experts

D’un point de vue scientifique, ce mercredi matin serait bénéfique. Le rythme serait plus adapté pour les enfants, rétorque une chronobiologiste et chercheuse doctorante à l’Université de Nice Sophia Antipolis : « En pratique durant la semaine des quatre jours, les parents sont incapables d’imposer un rythme régulier. Le soir où les enfants n’ont pas cours le lendemain, les petits vont demander à jouer, à regarder la télé plus tard. Les parents les autorisent et il n’y a plus de rythme de couché régulier du lundi au vendredi. » Un souci puisque cela provoquerait des coupures dans l’horloge interne de l’enfant.

Quelle serait la semaine idéale pour les bambins selon les spécialistes ? « Les semaines de cinq jours ou quatre jour et demi, ne seraient pas du tout aberrantes. Bien entendu il faudrait que les élèves aient des cours plus étalés dans la semaine et non qu’on leur en rajoute. Le mieux serait de bien répartir les cours pour que les élèves soient plus réceptifs.»

Le Gouvernement a tout de même débloqué 250 millions d’euros de fonds pour ce nouveau projet.

Aude Regy et Esaline Olivier