Rugby : Steffon Armitage, le dynamiteur

0
284

     Impressionnant depuis son arrivée la saison dernière au Rugby Club Toulonnais, Steffon Armitage prend à cœur son rôle de leader. Rugby, puissance et bonne humeur sont ses maitres mots.

En perte de vitesse aux London Irish, rejoindre la rade était un challenge pour l’Anglais : « J’ai choisi Toulon et pas un autre club pour retrouver l’envie de jouer au rugby ». Une ville qui vibre ovale, voilà ce qu’il fallait au troisième-ligne. Déclaré meilleur étranger du Top 14 la saison dernière, les statistiques parlent en sa faveur. L’adaptation est quasi instantanée. 27 rencontres disputées, 23 comme titulaires, 7 essais. Par son profil de joueur coureur, il est souvent confondu avec Mathieu Bastareaud. Connu pour sa capacité à déchirer les rideaux défensifs, Steffon Armitage dispose également d’un volume de jeu hors-norme. Pendant 80 minutes, le néo-varois est partout. Plaquer, gratter, marquer et râler sont ses principales qualités. Toujours à la limite de la faute, il sait jouer avec les règles. Formé du côté de Nice, l’Angleterre ne lui manque pas. Et pour cause, son pays lui fait payer ses choix. Non sélectionné depuis 2009 mais considéré comme l’un des meilleurs troisièmes-lignes de notre championnat, la décision fait débat. Le XV de la Rose lui ferait-il payer son amour pour la France ?

La joie de vivre de Steffon Armitage

Un meneur d’hommes

Sur la rade, Steffon Armitage a trouvé et consolidé un groupe. Sa famille, elle, a très vite entendu parler du Rugby Club Toulonnais. Ses frères Delon et Guy rejoignent eux-aussi le club cette année, avec les mêmes intentions, s’imposer. Sur le terrain comme en dehors, le troisième-ligne a trouvé de véritables copains de jeu. Parmi les stars, deux lui sautent au yeux : « Matt Giteau sait tout faire avec un ballon. A la main, au pied, vous verriez les gestes qu’il tente à l’entrainement ». Le chouchou du public local l’impressionne également : « Jonny Wilkinson, c’est le boss, le patron de l’équipe ». L’arrivée de Bernard Laporte n’est pas innocente aux performances de l’Anglais. « Bernard Laporte, c’est le King ! Quel compétiteur. Je n’ai jamais vu un entraîneur capable d’autant transcender ses joueurs. Il pige tout très vite ». Nul doute que Steffon Armitage a soif de trophées. Après avoir retrouvé l’envie de jouer au rugby, seuls les titres manquent. Finaliste l’an passé du Top 14 et du Challenge Européen, il aura à cœur d’offrir le Graal à tout un peuple rouge et noir.

Florian Dalmasso