Retour vers le futur 2 : « Nom de Zeus », ils avaient vu juste !

0
65

Si le 2015 imaginé par « Retour vers le futur 2 » présente des aspects loufoques par rapport à notre réalité, le film a eu raison sur beaucoup de points.

Dans Retour vers le futur 2, Doc et Marty McFly démarrent leur aventure dans le futur, le 21 octobre 2015… Bien sûr, aujourd’hui, ni voiture volante, ni vêtement à séchage automatique, pas plus que de four thermo-agrandisseur de plats. Mais le réalisateur Robert Zemeckis a parfaitement anticipé certaines inventions.

Les déchets organiques comme carburant

Doc injecte des épluchures de bananes pour faire marcher sa DeLorean version 2015. Or, depuis 2012, Lille, grâce à son centre de valorisation organique, alimente les bus de Transpol grâce aux déchets, comme l’explique cet épisode d’une web série d’Arte.

Les lunettes d’immersion

Le fils de Marty en utilise pendant le dîner : il peut regarder des films ou discuter avec ses amis. Dans la réalité, les Google Glass ont été créées en 2013 (mais abandonnées cette année).

Les hologrammes en 3D

L’image du requin géant fondant sur Marty paraît banale de nos jours. Les hologrammes existent depuis plusieurs années et reproduisent même les images de chanteurs décédés, à l’instar de Tupac lors d’un concert de Snoop Dog en 2012.

La vidéo-conférence

Le Marty du futur parle avec son employeur sur sa télé géante. Effectivement, la communication par vidéo fait partie intégrante de notre quotidien, par Skype sur l’ordinateur, ou via Facetime sur tablette et téléphone. De là à se faire virer par vidéo-conférence comme Marty ?

Communiquer par vidéo, une des innovations du 21e siècle.

Chicago champion de Baseball

C’est LA prédiction bluffante de cet opus. Arrivé en 2015, Marty remarque que les Chicago Cubs ont remporté les World Series en MLB (Major League Baseball). Un pronostic osé du coscénariste Bob Gale : Chicago n’a en effet plus atteint la finale depuis 1945. Mais en 2015, comme par hasard, les Cubs ne sont plus qu’à un match d’accéder à la finale des World Series ! Comme quoi, nul besoin d’Almanach des sports.

Le deuxième opus de la trilogie a donc été visionnaire sur beaucoup de choses, même si Robert Zemeckis n’a pas prévu certains bouleversements de notre époque : internet, les téléphones portables, ou encore un Président des Etats-Unis noir…

Le film sorti en 1989 a également inspiré des marques, dans un aspect purement commercial.

Pierre Lépine