Rentrée 2013 : les syndicats réclament plus d’efforts

0
64
41 nouveaux postes de professeurs devraient être créés à la rentrée 2013. (CR LD)

La circulaire de rentrée scolaire a été rendue publique par le ministère de l’Education Nationale ce jeudi. Elle détaille les grandes orientations pour l’année 2013 en matière de créations de postes. Dans les Alpes-Maritimes, les syndicats mettent en valeur la nécessité de continuer les efforts.

« 41 postes créés dans les Alpes-Maritimes dans le primaire, c’est une bouffée d’oxygène » affirme Gille Jean, secrétaire départemental du SNUIPP (Syndicat National Unitaire des Instituteurs et Professeurs des écoles et PEGC). Ces créations de postes, c’est surtout un signe symbolique d’inversion de la tendance par rapport au précédent mandat, marqué par le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux. La priorité est donnée au primaire, puisque « 12 écoles participeront au dispositif « plus de maîtres que de classes », censé permettre un allègement des effectifs par la création de postes au primaire ».

Le constat est également à la hausse dans les lycées selon Jean-Paul Clot de la FSU (Fédération syndicale unitaire), qui regrette, « que les professeurs auront toujours autant d’élèves par classe à la rentrée ». Seuls les professeurs de collèges verront leurs effectifs baisser en septembre. M. Clot l’assure, « le nombre de collégiens sera également en baisse, pour des raisons démographiques ».

Au-delà des effectifs, le syndicaliste s’agace « du manque d’attractivité du métier tant sur le plan financier que sur l’image. » La profession voit donc d’un bon œil l’arrivée prochaine d’Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education (EPSE). Censées remplacer les IUFM, elles mettront à la disposition des futurs enseignants des outils et méthodes pédagogiques innovants pour être mieux préparés à la profession.

La formation, autre cheval de bataille

Une bonne nouvelle, selon Gille Jean, qui «  espère beaucoup de ces écoles qui devraient permettre aux jeunes professeurs de ne plus se retrouver face à des élèves sans y être préparés ».M. Clot espère une « formation en alternance » pour les futurs professeurs. Des espoirs qui risquent d’être fortement déçus. Car à l’IUFM on est certain que cette réforme représente un « simple changement de nom » et ne devrait « rien changer à la formation actuelle ».

*Nous avons sollicité l’Académie qui n’a pas pu nous communiquer de chiffres officiels de créations de poste dans les Alpes-Marîtimes.

Les nouveautés dès la rentrée 2013

Les activités pédagogiques complémentaires (APC) remplacent l’aide personnalisée pour tous les élèves qui passent à la semaine de 4,5 jours : petits groupes d’élèves en difficulté pour les aider dans leur travail personnel.

Des services numériques pour les élèves et les professeurs, ainsi que la mise en place d’un parcours d’information, orientation, découverte du monde économique et professionnel pour les collégiens.

Le ministre de l’Education souhaite mettre en place un conseil national des programmes, chargé de réécrire tous les programmes scolaires. Vincent Peillon mène en ce moment des consultations auprès des professeurs pour mettre le dispositif en place.

En chiffre

Au niveau national, 6 700 postes de professeurs devraient être créés dans les établissements publics. Ils doivent répondre à l’inscription de 30 000 nouveaux élèves dans le primaire et autant dans le secondaire. Dans le département, l’Académie n’est pas encore en mesure de donner les chiffres exacts des effectifs et des créations de postes prévus pour la rentrée 2013.

Maxime Bapsères et Benjamin Chabert