Red Bull divise ses pilotes

0
152

En marge du Grand Prix du Brésil, l’écurie Red Bull est sous pression. A la quête d’un premier sacre de champion du monde, l’équipe autrichienne doit composer avec la rivalité qu’entretiennent ses pilotes. Sebastian Vettel et Mark Webber, candidats au titre mondial, annoncent viser la victoire à tout prix.La perspective d’une première couronne mondiale peut s’avérer destructrice. Contrairement à Alonso ou Hamilton, les pilotes Red Bull n’ont jamais goûté au Saint Graal du sport automobile. Bénéficiant de la monoplace la plus rapide du plateau, Vettel et Webber ont parfois eu l’impression d’être seuls en piste. Ils sont proches de réduire à néant une saison presque gagnée d’avance à cause d’une accumulation d’erreurs de jeunesse.

Un antagonisme fort

Tout oppose les pilotes Red Bull : l’âge, le caractère, la stratégie de course et le statut au sein de l’écurie. Depuis ses débuts en 2002, Mark Webber s’est contenté des places d’honneur. De nature réservée, l’Australien n’a jamais été considéré comme un potentiel champion du monde. A 34 ans, il craint que le sacre ne soit plus jamais à sa portée. A l’inverse, Sebastian Vettel est érigé par son équipe en futur maître de la discipline. Mais l’Allemand de 23 ans n’est pas un modèle de régularité.

Cocktail explosif

En début de saison, Webber a déjoué les attentes de son écurie en devançant son jeune coéquipier. Piqué au vif, Vettel a commis plusieurs impairs sur l’Australien que son équipe n’a jamais voulu relever. L’accrochage fratricide au Grand Prix de Turquie, alors que le doublé était en vue, est le symbole de ce duel exacerbé.

La sixième saison de Red Bull en F1 aurait dû lui donner des ailes. Mais, dissipant son énergie dans la résolution des conflits internes, la jeune écurie autrichienne risque de voir s’envoler les lauriers du succès.

Richard Burgan