Rachat de Nice-Matin par Bernard Tapie : le syndicat CGT et les journalistes dans l’expectative

0
338
Les journalistes attendent l'arrivée de Bernard Tapie. Crédit photo : Kelly Vargin

Le puissant homme d’affaire, Bernard Tapie, est sur le point de racheter à hauteur de 50,5 millions le Groupe Hersant Médias (GHM). Comment réagissent le syndicat et les journalistes ?

Les journalistes attendent l’arrivée de Bernard Tapie. Crédit photo : Kelly Vargin

Depuis 10 heures, une dizaine de journalistes se pressent au siège de Nice-Matin. Tous sont dans l’attente. Radio, télévision, presse-écrite, ils guettent l’arrivée du futur-actionnaire. Les discussions vont bon train : véritable intérêt de Bernard Tapie, éventuel changement pour le groupe, comparaison avec l’ancien PDG…Un journaliste du SNJC à Nice-Matin réagit : « On est entre l’amusement et l’inquiétude. On sait qu’il va y avoir de l’action, mais pas dans quel sens ». Gérard Pitocchi, délégué syndical de la CGT, n’a pas peur mais avoue rester vigilant, « Tapie est un actionnaire comme un autre. On a pas vocation à choisir notre employeur, mais on espère le meilleur pour l’entreprise ». Ce n’est pas la première fois que le groupe change d’actionnaire majoritaire. Depuis que Gérard Bavastro, ex-PDG de Nice-Matin a vendu ses actions, deux employeurs se sont succédé, Lagardère, Hersant et peut-être prochainement Bernard Tapie.

« Nous voulons des réponses à nos questions »

Bernard Tapie est arrivé à midi au siège de Nice-Matin. Sans un mot, il est rentré par une porte dérobée. Pour Gérard Bavastro, c’est sûr, ils veulent rester une entreprise de presse, tout en produisant sur support papier. « On veux des réponses positives sur le devenir du groupe. A savoir s’il a un véritable projet industriel ou si c’est simplement une opération commerciale ». Bernard Tapie est connu pour son imprévisibilité. Il a souvent acheté des entreprises pour les revendre et afin de faire du profit. Comme la rumeur le prétend, Bernard Tapie, aurait l’intention de vendre Nice-Matin pour se concentrer uniquement sur La Provence. Une inquiétude pour bon nombre de journalistes. Beaucoup d’interrogation et peu de réponse pour le moment. Le comité d’entreprise de Nice-Matin se réunissait à 15 heures pour tenter d’y voir plus clair.

Kelly Vargin