Quel avenir pour les 33 salariés de Virgin à Nice ?

0
1412
Les salariés du Virgin Megastore de Nice ont peur pour leur avenir.

L’enseigne Virgin Megastore a officiellement déposé le bilan ce mercredi. Trente-trois emplois sont menacés à Nice. Certains anticipent déjà leur avenir. 

Après le débrayage des salariés mercredi en tout début d’après-midi pour exprimer leur colère, le magasin Virgin Megastore de l’avenue Jean-Médecin a repris son cours normal. À ceci près que les 33 employés sont conscients de l’imminente fermeture du magasin. «C’est un gros coup dur pour nous. Que vais-je faire après? Pointer au chômage comme tous ceux qui perdent leurs emplois en ce moment» maugrée Muriel qui travaille depuis 13 ans à Virgin. «Je vais retourner en intérim puis espérer décrocher un CDI» confie Vanessa qui se donne pas plus de six mois pour retrouver un emploi. «Sinon, je vais reprendre mon élevage de Bull Terrier mais il faut un minimum d’économie pour reprendre et ce n’est pas facile» explique-t-elle. Sur le visage des salariés, le dépit est visible. Ils savent tous qu’un redressement judiciaire est impossible. Certains croient encore à un repreneur. «C’est au tribunal de commerce de décider. Mais si c’est une liquidation judiciaire, il n’y aura pas de plan social et nous pourrons pas accéder à un contrat de sécurisation professionnelle* (CSP)» constate Arnaud, délégué suppléant du personnel. De son coté, Arnaud a déjà postulé au magasin concurrent, la FNAC. Pour l’instant, l’enseigne ne lui a proposé qu’un CDD. Il précise : «En quelques années, j’ai déjà fait plusieurs commerces et je penche de plus en plus pour la fonction publique territoriale».

Des employés sans espoirs

«Nous savions que la situation économique de Virgin n’était pas bonne. Mais nous pensions pas apprendre la nouvelle aussi vite, on pensait au moins tenir jusqu’en octobre 2013, date de la fin du bail des locaux» précise Laura, hôtesse de caisse depuis 5 ans dans l’enseigne rouge. Au total, dix hôtesses de caisses sont employées au Virgin de Jean-Médecin. Ses emplois seront prioritaires si un repreneur s’installe dans les locaux actuels. Pour l’instant, il se tramerait que le magasin Gap ou Marks & Spencer sont sur les rangs pour s’y installer.

* Le CSP permet aux employés de toucher 80% du salaire pendant 12 mois au lieu de 57.4% en temps normal. En plus de cela, une cellule particulière est mise en place avec un «coach de l’emploi» pour aider les salariés dans les démarches administratives.

Jean-Alexis Gallien-Lamarche