Quand la TNT HD fait péter un câble

0
158

« J’ai installé mon décodeur mais ce matin je n’ai que 5 chaînes sur 25. Comment je fais ? » s’énerve Michel à carrefour TNL, un peu désemparé face au passage de la TNT HD. Delphine, la vendeuse réplique : « Mais vous avez fait une recherche et une mémorisation des chaînes ? », avant qu’un discours de sourd commence. « Je ne sais pas, oui je crois. Mais je dois acheter un câble HD ou péritel ? » demande l’homme d’une soixantaine d’années. Le rayon télévision est bondé. Les quatre vendeurs mobilisés n’arrivent pas à canaliser le monde. Face à l’agitation, Delphine hausse le ton : « nous n’avons plus de décodeurs depuis ce week-end. Nous sommes dans l’attente d’une nouvelle livraison ». Les gens font la moue avant de partir.

A la Fnac, l’atmosphère n’est pas plus paisible. Mais au moins ils ont prévu le coup : dès l’entrée un panneau affiche « un large choix de décodeurs HD vous est proposé au deuxième étage du magasin ». Les vendeurs courent à droite à gauche. Une queue de clients avec des boitiers en main s’affaire devant le comptoir. Solenne souffle parce qu’un monsieur lui est passé devant. Ce matin elle le redoutait mais c’est arrivé. Elle a appuyé sur le bouton « allumer » et… Ecran noir. « J’ai pris le décodeur le moins cher parce que c’est embêtant de payer pour quelque chose que j’avais déjà. Mais pas le choix si je veux continuer de regarder Money Drop ce soir », rigole-t-elle. Au guichet, Yohann, le vendeur, essaye de répondre aux interrogations de son client : « elle date de quelle année votre télé ? ». Au même moment, son téléphone sonne. Au bout du fil, une autre personne inquiète à cause de son poste qui ne fonctionne pas. « Le problème c’est que les gens s’y prennent au dernier moment » admet Yohann. La Fnac a estimé ses ventes de décodeurs à 9 000 € depuis vendredi. De fortes rentabilités pour des prix moyennement attractifs. Les décodeurs vont de 29 à 69 euros, et jusqu’à 150 euros pour du satellite. La différence de prix ? « La qualité de l’image », « la fonction enregistrement des programmes », et « les entrées USB ».

Dans les boutiques aux plus petites surfaces, c’est un peu moins l’euphorie mais il faut nécessairement faire des choix. « J’ai eu pleins d’appels mais il ne me reste que 5 décodeurs alors ce sera pour mes clients fidèles », déclare Tony Dib, responsable de la boutique Bang & Olufsen, rue Gioffredo.

Marjorie Raynaud