PSG-Manchester City: un come-back raté pour le banni Aurier

0
110
Serge Aurier réprimandant Laurent Blanc à l'entraînement. © AFP

Absent des terrains de football depuis le 10 février, le latéral droit du PSG a fait son retour mercredi soir, contre Manchester City (2-2) en Ligue des Champions. Un come-back raté.

Revoilà Serge Aurier. Mercredi, le latéral droit du PSG a foulé à nouveau la pelouse du Parc des Princes. L’international ivoirien avait tenu des propos injurieux envers ses coéquipiers dans la nuit du 13 au 14 février sur Periscope. Suspendu par le club jusqu’au 20 mars, il a fait son grand retour face à Manchester City (2-2) en quarts de finale de la Ligue des Champions.

Dans le groupe, Aurier a même été titularisé par son entraineur, Laurent Blanc. Un choix étonnant. Car il n’avait pas joué en compétition officielle depuis près de deux mois. «Incontestablement, c’est une surprise, il a trouvé quelqu’un qui lui a donné l’absolution et il est revenu dans l’équipe», commentait Jean-Michel Larqué sur RMC avant la rencontre.

Le Parc des Princes, lui, n’a guère apprécié. À l’annonce des compositions, des sifflets. Mais loin d’une bronca. Mercredi soir, il y avait d’autres priorités. Le public voulait encourager son équipe, pour tenter de s’imposer.

Fautif sur l’égalisation de City

Quand Blanc titularise Serge Aurier, c’est pour son apport offensif. Et face aux Citizens tout avait pourtant bien commencé. Présent dans son couloir, il offrait un centre millimétré à Zlatan Ibrahimovic au quart d’heure de jeu. Au retour des vestiaires, l’originaire de Sevran a semblé fatigué. Usé, sans solutions, imprécis techniquement, l’ancien Toulousain a finalement déçu, perdant huit ballons en deuxième mi-temps.

Pire, si Manchester City a égalisé à deux buts partout, c’est en partie sa faute. A la 72e minute, Angel Di Maria lui délivre une passe ratée au milieu de terrain. Et il manque son contrôle. L’Espagnol David Silva en profite et récupère le ballon. Dix secondes plus tard, Fernandinho permet aux Anglais de revenir au score.

Dans la foulée, Gregory Van der Wiel remplace l’ancien «banni». Sifflé, le paria a retrouvé le banc. Et le Cévenol n’a pas aimé. «Malheureusement, à la fin, il était très fatigué, c’est pour ça que je l’ai remplacé», déplorait-il après le match. Près de deux mois sans haut niveau, les conséquences sur le corps sont évidentes.

[jwplayer mediaid= »25737″]

La confiance des dirigeants

Malgré une prestation en demi-teinte, Serge Aurier semble avoir regagné la confiance de ses dirigeants. Un temps annoncé partant, l’Ivoirien est plus que jamais un joueur du PSG. «Il fait bien partie du groupe. S’il fait partie du groupe, il est forcément appelé à jouer, non?», rassurait Laurent Blanc en conférence de presse.

Ce jeudi, le président du club, Nasser al-Khelaïfi s’est même dit «très content» de son retour. «C’est un membre de la famille du Paris Saint-Germain. Il est là. Je suis avec lui. Je suis derrière lui. Je le soutiendrai jusqu’à la fin.» Mais pour le match retour mardi prochain, le natif d’Ouaragahio (Côte d’Ivoire) devra faire mieux, s’il veut espérer se qualifier pour les demi-finales.

[jwplayer mediaid= »25750″]