Produits sans gluten : la certification officielle est primordiale

0
243
©LN Les promotions Lidl : en haut un produit avec le logo orange différent de l'officiel (en blanc sur le produit en bas à gauche). A droite, un produit sans aucun logo.

Un épi de blé barré : c’est le repère auquel s’identifier lorsqu’on consomme des produits sans gluten. Alors que d’autres logos peuvent ressembler au symbole européen, ils n’apportent en fait aucune garantie quant à leur composition.

Depuis le 31 janvier, on retrouve une série de produits sans gluten à petit prix dans les offres spéciales de la chaîne Lidl. 1€75 le paquet de biscuits par exemple, cela pourrait bien tenter les consommateurs si le logo officiel se trouvait sur l’emballage. Mais problème : pas de signe de l’épi de blé barré auquel l’AFDIAG (association française des intolérants au gluten) impose de se référer. Sur les différents aliments du rayon, on trouve trois sortes de packaging : l’un sans aucun logo, l’autre avec un épi de blé différent de l’officiel, et pour finir les deux graphismes réunis. Lorsqu’on se penche sur les ingrédients, certains comme le pain d’avoine peuvent contenir du gluten. Jean-Paul Bernard, gastro-entérologue à Marseille déconseille à ses patients dont les maladies sont liées au gluten d’acheter les produits sans trop de précisions. Pour l’avoine par exemple, il explique qu’il doit être précisé « non-contaminé » sur l’emballage : « il y a une protéine qu’on appelle l’avénine dans l’avoine, c’est elle qui peut contenir du gluten. » Le docteur indique : « À l’époque le blé ne contenait qu’une faible quantité de gluten puis on a sélectionné des blés aux génomes plus complexes, et les souches actuelles contiennent plus de gluten. » Alisson, formatrice dans un Lidl à Nice prévient : « Je ne pense pas que c’est une bonne idée d’acheter ces produits quand on est malade. Je ne suis pas trop au courant des formalités concernant les logos mais il vaut mieux ne pas prendre de risque. » Pour les personnes intolérantes, une semaine au minimum est nécessaire pour se remettre d’un faux pas comme celui-ci. André Nicosia, atteint de la maladie coeliaque depuis un an raconte : « il m’est déjà arrivé de manger des aliments comportant du gluten par erreur. Quelques heures après je peux être sûr d’avoir des plaques d’eczéma qui mettent plusieurs jours à partir. Avec des démangeaisons pareilles, on comprend vite qu’on doit faire attention à ce qu’on achète. »

« Le logo est compris dans le prix, c’est cher mais au moins c’est sûr. »

Dans les boutiques bio, les rayons sont bien différents de ceux des chaînes de supermarchés : tous les articles sans gluten valent 3€ au minimum. Matteo, vendeur au magasin Bioman à Nice, pense que les coûts élevés sont justifiés : « Le logo est compris dans le prix, c’est cher mais au moins c’est sûr. Pour quelques euros supplémentaires vous évitez tous problèmes. Ça vaut le coup, surtout pour les personnes allergiques. » Ici tous les articles comportent le petit symbole suivi du numéro d’agrément. À l’AFDIAG, une membre de l’association qui préfère rester anonyme explique : « quand le symbole officiel n’est pas présent, il est possible que les fabricants n’aient pas subi de contrôle. Cela ne nous laisse aucune véritable garantie. L’épi de blé c’est la sûreté : c’est un logo européen qui précise le pays de fabrication et le numéro de contrat de l’industrie auprès de l’association coeliaque nationale. »

Léa Nicosia