Premier mai : le muguet aura un brin de retard

0
120

Un hiver qui n’a rien d’hivernal, un printemps qui n’a rien de printanier et c’est une grande partie de la production de muguet qui s’en trouve menacée. Un vrai problème à cinq jours du premier mai.

“La légende raconte que le muguet fut créé par Apollon, pour en tapisser le sol, afin que ses neuf muses ne s’abîment pas les pieds.“ En ce début mai, ses muses devront se chausser si elles ne veulent s’abimer les pieds car les cloches blanches auront du retard. La Convallaria Majalis de son nom scientifique, est une plante exigeante. En premier lieu, la déesse du premier jour de mai a besoin d’un hiver digne de ce nom pour que ses cellules soient conservées de la meilleure des manières. Ensuite, le printemps se doit d’arriver dans le bon tempo et si possible en compagnie du soleil. Un programme bien chamboulé, à cause d’une météo capricieuse, au grand dam des producteurs.

Un retard non sans conséquences

En France, la production nationale est un enjeu qui concerne principalement deux producteurs. En 2015, la fédération des maraichers nantais disposait de 83% du marché du muguet quand son homologue bordelais n’en détenait que 17%. Bien que disposant de la majorité du marché, Patrick Verron, directeur de la fédération des maraichers nantais est inquiet à l’approche de la date butoir : “C’est très compliqué cette année car la plante est en retard de développement, nous avons utilisé des moyens pour optimiser l’ensoleillement. La cueillette a tout de même démarré mercredi dernier.“ Problème, l’exportation des brins sera moindre et ils seront moins fleuris. Toutefois, le producteur se rassure : “les plantes seront plus vertes que d’habitude mais les gens en profiteront plus longtemps.“

L’espoir sudiste

Heureusement, la grisaille et les gelées matinales ne concernent pas toutes les régions de l’hexagone. Dans le sud-ouest et plus particulièrement à Bordeaux, le temps est plus clément et propice à la fleuraison du muguet, comme en témoigne Claude Miailhe, associé-gérant de l’entreprise groupement foncier agricole de La Salle : “Nous sommes très peu concernés par le mauvais temps, nous avons peut-être un jour de retard mais on est dans les clous, contrairement à certaines villes plus au nord qui ont trois ou quatre degrés de moins que nous.“ Une nouvelle encourageante pour toutes les personnes qui voudront offrir un brin de muguet à leurs proches dimanche.

lien externe : le marché du muguet en 8 chiffres

Quizz : êtes vous incollable sur le muguet ? 

Tom Monaci