Pourquoi le Racing 92 a conclu un rapprochement avec un club… américain

0
67

Depuis sa remontée en Top 14 en 2009, le Racing 92 ne cache pas ses ambitions. Désireux de dominer le rugby français, le club du président Jacky Lorenzetti n’est toujours pas parvenu à glaner le moindre titre. Après sa politique de recrutement de stars, le club francilien tente aujourd’hui de s’exporter. Un partenariat avec le club texan des Austin Huns vient d’être scellé.

Si la ressemblance avec le football ne plaît guère aux amateurs de rugby, force est de constater que l’ovalie se rapproche de plus en plus du ballon rond. Affluences conséquentes, business juteux… Le rugby prend de plus en plus d’ampleur.

Dans un souci de développement, le club des Yvelines a annoncé jeudi matin un partenariat avec l’équipe texane des Austin Huns. Créé en 1972, il s’agit de l’un des premiers clubs de rugby des USA.

Equipe professionnelle depuis peu, les Huns sont encore en construction et ne prendront pas part au premier championnat professionnel de l’histoire qui débutera le 17 avril prochain.

S’entraider pour grandir

Ce partenariat entre les deux clubs Ciel et Blanc intervient en premier lieu pour profiter mutuellement des atouts de chacun.

L’objectif majeur pour les Huns est d’arriver à se structurer rapidement. Le Racing 92 va conseiller son homologue américain dans l’optique de faire naître un centre d’entraînement dernière génération.

Le but étant d’entamer des échanges entre joueurs et entraîneurs d’une équipe à l’autre. Les jeunes talents texans prendront le chemin de Colombes quand les vieux briscards franciliens rejoindront Austin pour une fin de carrière avec possibilité de reconversion.

Le rugby à vitesse grand V

Depuis 1995 et l’année du professionnalisme, le rugby n’a cessé de se développer. Max Guazzini, l’ancien président du Stade français, est le précurseur de ce rugby moderne.

Si l’on qualifie le Top 14 de championnat le plus relevé du monde, c’est sans aucun doute grâce au prédécesseur de Thomas Savare (actuel président des Franciliens). Entre délocalisations et développement du merchandising, de nombreuses équipes s’inspirent du modèle parisien.

A l’image du Real Madrid ou d’Arsenal, les deux puissances financières du rugby hexagonal façonnent leur image de marque à l’international. Mercredi, le RCT a annoncé une tournée estivale au Japon, avec en point d’orgue une confrontation avec les Yamaha Jubilo.

Déjà présent sur le marché asiatique après avoir créé, par l’intermédiaire de son sponsor principal, la Natixis Cup à Hong Kong, le Racing 92 a donc cette fois mis les voiles vers les Etats-Unis.

Quentin Berthomé