Poulpe Fiction

0
216
Si l'histoire peut paraître folle, plusieurs hypothèses crédibles sont possibles. CP : AFP

Monstre marin, calamar ou poulpe géant, quel animal a voulu la peau de Michel Ricard ? Ce retraité niçois affirme avoir été attaqué au large de Magnan lors de sa baignade quotidienne. Si l’histoire peut en faire sourire plus d’un, certains estiment pourtant que ce scénario est tout à fait possible.

Le célèbre film « Les dents de la mer » est sorti il y a plus de trente ans, et pourtant, à en croire Michel Ricard, on a failli assister à un remake il y a quelques jours à peine. Lors de la baignade habituelle du retraité, celui-ci assure qu’un monstre marin l’a attaqué. Plein de bravoure, il est allé à la lutte avec l’animal et a remporté le combat, réussissant à revenir sur la berge sain et sauf.

Histoire inventée, exagération au contact d’une petite méduse ou animal fantastique qui serait sorti du trou mystérieusement apparu sur la plage, qu’est-il vraiment arrivé à ce septuagénaire ? Pour Bruno, responsable de la boutique Aquadecor, spécialisée en poissons exotiques, cette histoire a priori loufoque peut être crédible, même si, bien-sûr, rien n’est certain. « Si vous publiez un article en exposant vraiment aux gens les bêtes qu’il y en Méditerranée, vous pouvez être sûr que beaucoup ne viendraient plus à la mer » assure ce passionné du monde marin, qui s’empresse alors de montrer une vidéo d’un grand requin blanc vu au large de Saint-Tropez.

Toutefois, un animal couleur ocre, velue et avec des tentacules tel qu’il a été décrit par le retraité, il n’en existe pas, du moins qui soit répertorié. En revanche, la possibilité que l’homme se soit fait attaquer par un calamar existe bel et bien : « La Méditerranée est très profonde, de nombreux cachalots y vivent et qui dit cachalots dit forcément calamars, ou poulpes. »

Au milieu des dizaines d’aquariums et des centaines de poissons, la discussion est alors interrompue par José, qui travaille également au magasin. Plongeur aguerri, il croit dur comme fer à la théorie du baigneur. Pour cause, lui-même s’est déjà fait attaquer au large de la baie des anges, il y a plus de trente ans. « J’avais mes prises accrochées à la ceinture, tout d’un coup, je me suis retrouvé propulsé contre les rochers, mes poissons avaient tous été mangés » affirme-t-il d’un ton ferme et décidé. Malheureusement, ce dernier regrette encore de ne pas avoir pu identifier l’agresseur, « sans doute un requin » assure-t-il.

Cherchant encore et toujours quelle bête a tenté de trainer Michel Ricard dans les abysses, Bruno explique alors qu’un poisson bien spécifique a pu surprendre le retraité. Le régalec. Cette sorte de serpent de mer peut mesurer jusqu’à 17 mètres de long, avec une nageoire dorsale qui peut être confondue avec quelque chose de velue. Pour le propriétaire de la boutique, un spécimen emporté par un courant aurait très bien pu s’en prendre à un nageur.

Mais pas question de tirer des conclusions trop hâtives pour autant. D’autres espèces encore plus exotiques sont également susceptibles de s’en être pris à la victime. Bruno ajoute à ce propos que « l’ouverture du canal de Suez et le réchauffement climatique font qu’on trouve un peu n’importe quelle espèce dans n’importe quelle mer aujourd’hui. »

Sur la plage, aucun baigneur téméraire n’a osé braver les éléments en cette matinée pluvieuse. Le temps est sans doute une explication, mais peut-être ont-ils désormais peur de l’horrible monstre marin, preneur de retraités imprudents, qui rôde dans les parages.

Romain Boudon

Lire aussi : nicematin.com/…/jai-pique-un-cent-metres-mais-il-ma-poursuivi-un-nageur-nicois-attaque-par-un-monstre-marin-205086


Warning: A non-numeric value encountered in /home/ecoledujie/news/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 998