Place aux tirelires électroniques !

0
248

Du 5 janvier au 12 février, l’association Pièces Jaunes lance sa vingt-deuxième campagne d’action. Cette année les nouvelles technologies sont à l’honneur pour attirer un public plus large. À Nice les avis sont partagés.Plus un centime dans son porte monnaie, et envie de faire un don aux pièces jaunes ? C’est désormais possible via son compte bancaire. « J’aurais aimé donner quelque chose ce matin mais j’avais seulement ma carte bleue sur moi » explique Nicole, une Niçoise en train de faire ses courses. Cette année la vingt-deuxième opération lancée le 5 janvier modernise son système de collecte avec un dispositif inédit de dons en ligne sur le site Internet Priceminister.

Mode d’emploi

Le principe est simple, une fois ses achats terminés, le client peut rajouter quelques « pièces » à son panier au moment de payer. « J’ai découvert ce nouveau système de don lorsque je finalisais ma commande. C’est très pratique et pour tout vous dire, je n’étais même pas au courant du lancement de la nouvelle campagne avant de le voir sur le site » raconte Lou. Une initiative pourtant, loin de faire l’unanimité. « Quand vont-ils arrêter de nous solliciter » proteste André « Entre la poste, les boulangeries, et les grandes surfaces, c’est maintenant au tour d’Internet. Décidément on aura tout vu ». Les Pièces Jaunes l’ont bien compris, en 2011 les nouvelles technologies sont indispensables à la réussite de l’opération.

Le rôle des réseaux sociaux

L’an passé les Pièces Jaunes créaient leur site Internet, elles s’attaquent aujourd’hui aux réseaux sociaux. Le but : toucher un nouveau public. Près de six mille fans ont déjà rejoint la page Facebook. Le phénomène a aussi envahi Twitter avec des twitpics de Lorie et Christian Karembeu, les parrains de cette nouvelle édition. Un problème de connexion ? Pas de panique, il reste toujours les tirelires classiques.