Ospina: l’ange gardien

0
227

Football – A la veille de Monaco-Nice, un joueur fait parler de lui : David Ospina. Le derby, un match lourd de symbole pour le portier du Gym. Le gardien colombien est un rempart bien souvent infranchissable. Une véritable arme pour le Gym avant ce derby de la peur face à Monaco. Une équipe qui rappelle de bons souvenirs à Ospina…

La carrière en ligue 1 de David Ospina avait débuté par un Monaco-Nice. Tout un symbole. C’était en 2008 et les Aiglons s’étaient imposés 2-1 sur la pelouse du Louis II. Le gardien colombien confie : « C’était un match très important pour moi parce que c’était ma première victoire pour ma première apparition en Ligue 1. En plus, nous avions bien joué ce jour-là. » Mais celui que certains considèrent comme le nouveau Faryd Mondragon prévient : le passé c’est le passé. « Aujourd’hui, c’est différent. Le contexte n’est pas le même. »

Car ce sera un derby de la peur cette année. Une confrontation entre deux équipes aux portes de la zone rouge. « La situation est plus importante pour nous que le derby, assure Ospina. Certes c’est un match particulier. Mais le principal pour nous, c’est de sortir de cette position délicate. Nous sommes 15e du classement. Nous devons donc remonter pour nous donner un peu d’air. » La pression de la course au maintien est suffisamment importante. Il est inutile de rajouter celle d’une suprématie azuréenne.

Le poids des médias

Même si le gardien de 22 ans est habitué à la pression de ce genre de match. Pour cet ancien joueur de Medellín, c’est presque « un petit match », comme le lui glisse, rieur, un journaliste en conférence de presse. Car en Colombie, une opposition entre l’équipe formatrice d’Ospina et Cali rassemble environ 45 000 supporters. Soit environ dix fois plus que l’affluence attendue samedi au Louis II. Mais le portier niçois est moins habitué au poids des médias. Pourtant, il est très sollicité en ce moment. Son éventuel départ pour la capitale fait couler beaucoup d’encre. L’OGC Nice a annoncé la semaine dernière vouloir faire signer Raul Fernandez, un gardien péruvien. Officiellement, pour pallier le départ à la retraite de Lionel Letizi en fin de saison. Ce qui n’a pas manqué de relancer les interrogations autour du Colombien. Une omniprésence dans les journaux sportifs qui commence à user Ospina.

Ce qu’il veut, c’est rester concentré sur son jeu. Et il le fait plutôt bien. Depuis le début de saison, le Colombien multiplie les sauvetages et parades qui rapportent des points précieux à son équipe. Le fruit d’un travail constant : « Tous les jours, je me prépare de la meilleure manière possible. Malheureusement, les matches sont différents. J’espère seulement continuer sur ma lancée. Et surtout que l’équipe ramène un résultat de la principauté ». Et ainsi faire mieux que la saison passée. Nice s’était inclinée 3-2 et avait plongé dans la crise, faute de résultats. Gare à la redite.

Jean-Baptiste Esculié