Noël : le concept de la décoration à domicile

0
105
Karine, responsable de la décoration, à Brico Nice Crédit Photo : Aurélien Tardieu

On connaissait la livraison à domicile. C’est au tour de la décoration. Les fêtes approchent et le magasin Brico Nice en profite pour aider les gens chez eux pour leurs décorations de Noël. Un concept imaginé en partie pour les personnes âgées. 

 C’est souvent un vrai casse-tête. Habiller sa maison aux couleurs de Noël peut être une passion pour certains, pour d’autres un fardeau. Jusqu’ici, la plupart des magasins livraient le sapin de Noël pour ceux qui n’avaient pas le temps d’y aller. Aujourd’hui, la décoration à domicile est à la mode et se démocratise. C’est le cas de la boutique Brico Nice, rue Foncet, qui développe l’idée depuis quatre ans. « Un jour, une dame assez âgée nous a demandé si nous pouvions habiller son sapin, ce que nous avons fait. Depuis, nous le proposons régulièrement aux clients » raconte Karine, responsable de la section Noël.

Un service qui plait aux personnes âgées

Pour Colette, retraitée à Nice, la décoration à domicile est une aide précieuse. « J’ai déjà demandé ce genre de service. J’ai fait mon choix parmi les produits et les vendeurs du magasin se sont occupés de ma maison en décorant entièrement mon sapin, en plaçant les sentons dans mon jardin et en mettant des illuminations sur mon toit car je n’ai plus vraiment la capacité de le faire moi-même. » Depuis début novembre, et le début des hostilités, Brico Nice ne s’arrête plus. Même si la livraison et le montage coûtent en moyenne 50 euros en plus des achats en boutique, cela ne freine pas le client. Mireille, retraitée, confie « je ne connaissais pas du tout le concept, je l’ai découvert cette année, malgré le prix un peu élevé, c’est vrai que c’est très pratique, ça m’aide énormément. Ils sont de très bons conseils. » Pour les livraisons et décorations, pas besoin de spécialistes. Ce sont les vendeurs qui se déplacent avec Karine, qui habille fièrement elle-même les maisons des clients…

Aurélien Tardieu et Mathilde Jager