Nissart Killer : un roman policier niçois et atypique

0
48
Le premier épisode de Nissart Killer sortira mercredi 15 janvier. Crédit photo Nice-Premium

Le Niçois Franck Viano, auteur de « Mon ami le mal », commencera mercredi prochain l’aventure « Nissart Killer ». Le projet ? Un polar lié à l’actualité, publié chaque semaine. On y découvre l’histoire d’un serial killer s’attaquant aux chefs cuisiniers qui ne respectent pas la tradition niçoise.

Communiquant, professeur, webmaster ou cuisinier, Franck Viano a plusieurs casquettes. Depuis quelques temps, c’est en tant qu’auteur que les Niçois le découvrent. Après « Mon ami le mal », son premier roman, l’écrivain commencera mercredi prochain une nouvelle aventure. « Nissart Killer » est une série policière un peu particulière. Chaque mercredi, un épisode sortira sur plusieurs supports : le site internet Nice Premium, Riviera Magazine et une page facebook. Franck Viano avoue également être en attente de plusieurs réponses, dont la section web de Nice-Matin.

De nombreuses surprises

Au programme de cette série : au moins 24 épisodes, différents auteurs (locaux) et des sujets atypiques. L’histoire évoluera selon l’actualité locale et les différents intervenants. « Je suis parti sur la base de 24 épisodes mais il y en aura surement plus. D’autres auteurs écriront des parties du roman, qui se rajouteront à l’intrigue », confie l’écrivain niçois. Autre petite particularité : le polar parle de la très mystérieuse franc-maçonnerie. Franck Viano explique : « Je me suis beaucoup renseigné sur cette ordre et, sans dévoiler quoi que ce soit de secret, je trouvais amusant de mélanger ce sujet à la cuisine. Je voulais en quelque sorte défendre les Francs-Maçons. »

La fierté « nissarte »

« Mon idée est de montrer que tout ne se passe pas à Paris. Je veux que les gens se rendent compte qu’à Nice aussi, on est capable de créer, fanfaronne Franck Viano. Notre région est aussi capable de produire des idées originales. » Il dit n’attendre aucune retombée spécifique. L’auteur monte ce projet pour le plaisir, et « ce qui devra arriver arrivera. » Nissart Killer est aussi un moyen pour ce cuisinier, labellisé « Cuisine Nissarde », de montrer que tout un monde se cache derrière les plats servis en restaurants et les serveurs bien habillés. « En publiant ces épisodes chaque semaine, je m’inspire à la fois de Stephen King et des anciennes PQR. Il y a plusieurs années, j’avais l’habitude de lire les histoires publiées par Nice-Matin et il m’est souvent arrivé de me faire attraper par des romans que je n’aurai pas lu sinon. »

Mathilde Jager