Nice : retour de bâton ?

0
211

Malgré deux derbys réussis à Monaco (1-1) et contre Marseille (1-0), Nice n’est pas certain de pouvoir poursuivre sur la même dynamique. N’étant pas souverain face à des équipes plus modestes, l’OGCN pourrait replonger dans la difficulté dès samedi soir à Caen.En dépit d’un bilan comptable positif, quatre points sur les deux derniers matchs, l’OGC Nice ne pointe qu’à la 14e place du classement. Le nul à Monaco et la victoire contre Marseille ne suffisent pas à effacer un début de saison en dents de scie. Après avoir souvent tutoyé la zone de relégation, les Aiglons se sont relancés en étant galvanisés par l’enjeu des deux derbys. Sauront-ils faire aussi bien dans des matchs dénués de saveur particulière ? Sans certitude, Emerse Faé souhaite naturellement que la bonne série de son équipe ne s’arrête pas de sitôt. « On veut rester invaincus jusqu’à la trêve » affirme le milieu de terrain niçois buteur contre Marseille et passeur décisif à Monaco.

Une attaque orpheline

Problème : l’attaque niçoise millésime 2010 n’est pas un grand cru. Treize buts inscrits en seize journées, seul Arles-Avignon a fait pire. Cette pauvreté offensive pourrait être encore plus criante si l’efficacité n’était pas au rendez-vous. Ainsi, le but de Faé contre Marseille constituait la seule frappe cadrée azuréenne du match. Le milieu niçois est devenu à cette occasion le meilleur buteur de son équipe avec trois réalisations, très loin des treize du Lillois Moussa Sow. La présence d’un buteur n’est pas gage de succès mais elle peut être un atout dans des rencontres fermées où la réussite fait souvent défaut.

Des résultats illogiques

Depuis le début de saison, l’OGC Nice n’a nourri aucun complexe face à Bordeaux ou Marseille. Mais ces victoires de rang ne servent à rien s’il elles sont conjuguées à des prestations moins reluisantes. Ainsi, le club azuréen n’a pas su l’emporter contre des équipes qui semblaient à sa portée comme Lens ou Monaco. Nantis d’une avance de cinq points sur le premier relégable, les Niçois ne sont pas sortis d’affaire. De leur prestation à Caen, un concurrent direct pour le maintien, dépendra l’ambition qu’ils pourront afficher à la trêve.

Richard Burgan