Nice : les événements qui ont marqué 2013

0
67
Mars 2013 : la Manif Pour Tous scande son mécontentement dans les rues de Nice

Ville de tradition festive, Nice propose chaque année un programme événementiel. Mais 2013 aura été particulièrement riche, avec des hauts et des bas.

Avec l’inauguration de sa Promenade du Paillon, qui traverse la place Massena pour aboutir sur la place Garibaldi, la ville de Nice inscrit l’année 2013 dans une optique de renouveau. Un nouveau visage pour la capitale de la Côte d’Azur, où 2013 rimait avec mouvementé.

Une année sportive

Avec l’aménagement du grand complexe sportif, l’Allianz Riviera, dans le quartier Saint-Isidore. Le nouveau stade a livré son premier match en septembre, qui opposait l’OGC Nice à Valenciennes, remporté à domicile.

Le nouveau stade niçois : l’Allianz Riviera

Cet été, le Tour de France a fait de Nice sa ville de départ et d’arrivée à l’occasion de son 100ème anniversaire. Une aubaine pour l’attrait de la métropole.

La question de l’insécurité

Du côté de la sécurité, le bilan est moins bon. Entre violences et vols, les bijoutiers sont devenus la cible phare des agresseurs. Suite au meurtre d’un d’entre eux par un bijoutier niçois, la France réagit de façon virulente. Il y a ceux qui considèrent le bijoutier comme un meurtrier et ceux qui le prennent en héros. En septembre 2013 se livre une vraie bataille sur les réseaux sociaux. La polémique a finalement gagné la rue, divisant les Niçois. Ils étaient 1000 à manifester en soutien au bijoutier aux côtés des élus de droite niçois le 16 septembre 2013.

Mars 2013 : la Manif Pour Tous scande son mécontentement dans les rues de Nice

Le premier mariage homosexuel de Nice a lieu le 15 juin. Les manifestations et affrontements qui ont suivi sont à considérer. La Manif Pour Tous, mouvement allant à l’encontre du mariage pour tous, s’est régulièrement réunie devant le Palais de Justice de Nice durant les mois qui ont suivi cette première union. Mais plus de violence est à déplorer. En avril, un couple d’hommes est défiguré à la sortie d’une boîte de nuit. Immédiatement, les manifestants pour le mariage homosexuel se réunissent. La ville se soulève et les débats politiques vont bon train. La montée du racisme est palpable. Les groupuscules identitaires, tels que « Nissa Rebella », prennent de l’ampleur.

Ce qui vous a le plus marqué en 2013 :Laura, 21 ans : «La circulaire du maire contre des mariages trop bruyants. J’ai trouvé ça discriminatoire, ça a montré du doigt des communautés sans le dire et ce n’est pas ce dont la ville a besoin. »

Christine, 56 ans : «La Coulée Verte. On habitait déjà dans une belle ville, qui se développe de plus en plus. »

Isaac, 29 ans : «La montée de l’extrême-droite. Cette année, on l’a vraiment ressentie à Nice. »

Si le climat social est lourd, de nombreux projets se mettent en place. En septembre 2013, Nice devient ville hôte des Jeux de la Francophonie. En succédant à Beyrouth, la ville rayonne et relève le défi.

Difficile de passer à côté de la Crazy Week de l’été. Le Nice pop rock festival a présenté de grosses pointures comme Asaf Avidan et 30 Seconds to Mars.

Pour les Niçois, l’année 2013 aura été dense et variée. Entre conflits et innovations, Christian Estrosi est entré en campagne en 2013 en déclarant faire de la ville de Nice « la ville où il fait le plus bon-vivre d’Europe. »

Sarah Borreguero