Natation – Clément Lefert : l’homme de Londres

0
40

A seulement 26 ans, Clément Lefert débute une nouvelle vie. Champion olympique de natation à Londres en 2012, le Niçois se consacre désormais au monde de la finance. Diplômé de l’EDHEC, il occupe depuis mai dernier un poste d’analyste financier au sein d’une société de gestion de fonds privés. Et devinez-où ? A Londres évidemment.  

C’est un retour sur la terre de ses exploits. Londres, Aquatic Center le 29 juillet 2012, Clément Lefert, alors nageur à l’Olympic Nice Natation, décroche le Graal. Il est sacré champion olympique avec ses « potes » du relais 4x100m. L’occasion est trop belle, cinq ans après le début de sa carrière, Clément Lefert décide « de sortir par la grande porte ». Et quand on lui demande ses raisons, il répond modestement : « Je ne suis pas une star comme Yannick (Agnel) ou Camille (Lacourt) et je sais très bien que la natation ne me mettra pas à l’abri du besoin ». Le jeune homme a de la suite dans les idées. 

Trader, preuve que l’or lui va à merveille…

C’est alors un retour dans la vie étudiante qu’effectue Clément Lefert en septembre 2012. Fini les longueurs dans les bassins, le Niçois entre à l’EDHEC afin de suivre des études de finance. Une reconversion qui avait déjà pris forme dans sa tête. En 2009, l’ancien nageur était parti aux Etats-Unis du côté de Los Angeles pour terminer son Bachelor d’économie à l’université de Caroline du Sud. Le tout en parallèle de sa carrière de sportif : « C’était un choix de combiner les deux en pensant à l’avenir » précise-t-il. Après avoir goûté à l’or, Clément Lefert souhaite en étudier le cours. Trader ? Un métier à responsabilités dans lequel il se verrait bien : « C’est un nouveau challenge rempli de stress, d’excitation et d’émotion, un univers similaire à ma carrière de nageur au final ! ». 

Il n’oublie pas Nice…

Pour l’heure, c’est donc à Londres que se retrouve Clément Lefert, « comme par hasard » plaisante-t-il. Analyste financier pour le fonds d’investissement Andurand Capital Management, le « Frenchy », comme on l’appelle là-bas, se sent bien à Londres. Il n’exclut d’ailleurs pas d’y rester à long terme : « J’aime beaucoup l’esprit Anglo-saxon et puis Nice n’est qu’à deux heures d’avion… ». Vous l’aurez compris, l’homme reste profondément attaché à « sa » ville de cœur. Pour lui, l’idéal serait de « travailler en semaine sur Londres et revenir à Nice le week-end pour profiter du climat ». 

Pièces jaunes, Splash : des interventions rares…

Depuis qu’il a repris sa vie « normale » et que le buzz de son titre de champion olympique est redescendu, Clément Lefert ne cherche pas à s’exposer sur le devant de la scène. Avec un physique avantageux (ancien compagnon de Laury Thilleman, Miss France 2010) doublé d’une vive intelligence, la tâche lui serait pourtant très simple. Mais le garçon n’aime pas faire de vagues. 

En février 2013, il replonge finalement dans le bassin au cours de l’émission Splash diffusée sur TF1. Inutile de préciser qu’il en sort vainqueur même si selon lui « la natation et le plongeon n’ont strictement rien à voir ». Il a également été le parrain de l’opération Pièces jaunes cette année. Un événement qu’il qualifie de « fraternel » et auquel il trouve « normal de contribuer ». Des pièces jaunes d’une couleur dorée qui doivent sans doute rappeler de grands souvenirs à Clément Lefert. L’or un jour, l’or toujours…

 Les dates clés de la carrière (sportive) de Clément Lefert

Fabien Mariaux