Monfils sans aucun doute

0
203

L’équipe de France de Coupe Davis mène 1-0 contre la Serbie en finale après la victoire de Gaël Monfils contre Janko Tipsarevic en trois sets (6-1, 7-6, 6-0). Le Français n’a laissé aucune chance à un Serbe tendu et maladroit.Guy Forget, le capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis, enfin respire à l’instant où il voit les bras de Gaël Monfils se lever, formant le V de la victoire. Car victoire française il y a, dans cette première confrontation entre le joueur français et Janko Tipsarevic. Certes, l’atmosphère est évidemment tendue dans la Beogradska Arena de Belgrade en Serbie. Mais elle était encore plus flagrante dans la tête de celui qu’on surnomme « Tipsy ». Le joueur serbe a été préféré à Viktor Troicki, eu égard à ses services rendus dans la compétition, notamment lors de la demi-finale dans laquelle il apporte deux points en simple contre les Tchèques. Mais personne n’aurait pu s’attendre à le voir manquer à ce point son début de match en commettant deux double-fautes. Malheureusement pour lui, le reste de la première manche est de ce calibre. Gaël Monfils la remporte 6-1. Le clan tricolore n’en demandait pas tant.

La fin du match, une formalité

Est-ce que le Français baisse de régime dans le second set ? Ou Tipsarevic enfin se libère-t-il ? Toujours est-il que le duel devient plus disputé, les joueurs se rendant coup pour coup. Mais à ce jeu, le natif de Paris est habitué à prendre des risques, en tout cas beaucoup plus que son adversaire. Alternant jeu long, jeu court, amorti et service volée, Monfils gère son avance à la table de marque, en particulier sur son jeu de service pour finalement enlever le deuxième set au jeu décisif, 7 points à 4. Et les erreurs du Serbe lui facilitent la tâche, au grand dam de l’entraineur Bogdan Obradovic.

Le troisième set est une formalité. Monfils est sur un nuage et Tipsarevic ne touche plus aucune balle. Les jeux s’enchaînent en faveur du joueur de l’équipe de France pour clore la rencontre sur un score sec de 6-0. En définitive, l’opposition a tourné à la démonstration de Gaël Monfils. Pourtant, on ne peut s’empêcher de penser que c’est Tipsarevic qui, par sa maladresse, a décidé du sort de cette rencontre… Et peut-être même celui de la finale toute entière.

Nicolas Mison

Partager
Article précédentToulon au révélateur
Article suivantPartenaire