Milan-San Remo : Sprinteurs ou puncheurs ?

0
264

La première grande classique du calendrier cycliste se déroule ce samedi. A l’occasion de sa 103ème édition, la Primavera accueille un plateau de choix, avec les meilleurs sprinteurs de la planète, mais aussi des puncheurs aux dents longues. Car, comme d’habitude, le parcours peut convenir à tout le monde.Samedi, ils seront exactement 200 coureurs à espérer lever les bras sur la via Roma. Parmi eux, les meilleurs sprinteurs de la planète, Mark Cavendish en tête. En forme en ce début de saison, le champion du monde tentera de remporter sa deuxième Primavera après 2009. Il pourra compter sur une équipe Sky à son service, et sur Edvald Boasson Hagen en poisson-pilote. Si l’épreuve se termine au sprint, Cavendish devra faire face à Matthew Goss, son ex-équipier et tenant du titre. D’autres sont bien sûr prêts à faire parler leur pointe de vitesse : Alessandro Petacchi, Tyler Farrar, Thor Hushovd, Oscar Freire, André Greipel, Tom Boonen, Mark Renshaw, John Degenkolb, Daniele Bennati ou encore Heinrich Haussler. C’est bien simple, chaque équipe présente a décidé d’aligner son meilleur sprinteur. La présence d’un tel plateau signifie une chose : les sprinteurs croient en leurs chances. Mais ils devront s’accrocher et contenir les assauts des puncheurs pour se disputer la victoire.

Comme chaque année, de nombreux coureurs devraient passer à l’attaque dans les « Capi », de courtes côtes extrêmement pentues, situées dans les derniers kilomètres. Lors des dernières éditions, les montées de la Cipressa et du Poggio n’ont pas permises aux attaquants de se détacher du reste du peloton. Mais cette année, le parcours vallonné pourrait convenir au belge Philippe Gilbert, troisième l’an dernier, et meilleur coureur de classique du peloton. Même s’il s’est peu montré à son avantage depuis le début de la saison, le numéro 1 mondial 2011 devrait passer à l’attaque. Impressionnant lors de l’épreuve des Strade Bianche, Fabian Cancellara sera lui aussi un homme à surveiller de près. Tout comme Vincenzo Nibali et Peter Sagan, les deux coureurs de l’équipe Liquigas, dominateurs de Tirreno-Adratico. Sagan, 22 ans seulement, court après sa première grande classique en World Tour. Bradley Wiggins, vainqueur de Paris-Nice, est absent, tout comme Alejandro Valverde, leader du World Tour. Côté français, trouver un successeur à Laurent Jalabert, vainqueur en 1995, semble bien difficile. Sylvain Chavanel, qui apparaissait comme un outsider crédible, a finalement décidé de renoncer. Et en cas de sprint, il devrait être difficile à Lloyd Mondory, Sébastien Hinault ou encore William Bonnet de devancer les hommes les plus rapides du peloton.

Olivier Navarranne