Mais que fait la police… Sur Facebook ?

0
232
Il sera bientôt possible de déposer une pré-plainte sur les réseaux sociaux dans les Alpes-Maritimes. Photo ©Sébastien Sigaut

Depuis le 11 décembre, la Police Nationale propose aux internautes de porter plainte via les réseaux sociaux. Ce concept n’est pas encore entré en vigueur dans les Alpes-Maritimes.

On pouvait signaler une page ou une notification Facebook comme indésirable. La Police Nationale s’en est inspirée, et propose de déposer une pré-plainte sur sa page officielle. Déjà présente sur les différents réseaux sociaux, mais dans un rôle informatif, elle joue aujourd’hui son rôle de médiateur, sur la toile. Lorsque l’on appelle pour porter plainte au commissariat Foch de Nice, la première réaction est la surprise. Aucune information, c’est tout juste si l’on est au courant de cette nouveauté. Sans trop savoir quoi répondre, l’accueil du commissariat nous propose de passer directement dans les locaux afin de déposer une plainte papier. Six départements* bénéficient de ces cyber-plaintes. En 2008 déjà, l’expérimentation avait été menée dans les Yvelines et la Charente-Maritime pendant plus d’un an. L’opération s’étendra à la France entière au début de l’année prochaine.

22 000 j’aime sur Facebook

Selon le chargé de communication du syndicat UNSA Police, Christophe Crépin : « c’est une bonne chose. On peut vérifier les infos et y répondre plus rapidement. Pourquoi la police n’y serait pas ? » Pas de recul pour l’instant, mais, toujours selon Christophe Crépin : «Lorsqu’une personne est flashée par un radar, c’est elle qui est responsable, et pas la police qui arrête. Il n’y a rien de malsain. » Au moment de la plainte, l’adresse IP de l’ordinateur sera enregistrée ainsi que les informations personnelles. 22 000 personnes sont fans de la page Facebook de la police nationale. Un lien de confiance si l’on en croit la brève publiée sur le site du Gouvernement. Puis il y a aussi les clips internet, avec un fond musical digne des clips de campagnes présidentielles. A quand les procès via Skype?

* Yvelines, Charente-Maritime, Paris, Hauts-de-Seine, Haute-Garonne, Bas-Rhin.

Christopher Quarez et Sébastien Sigaut