Les voyages forment aussi la vieillesse

0
209

Les seniors se sont donnés rendez-vous ce mardi 6 décembre à l’auditorium de la bibliothèque Louis Nucera de Nice pour une conférence/débat. Une soixantaine de participants était présente pour parler de la place des seniors dans la société. Parmi eux, une femme se distingue.Elle se sent plus jeune que jamais. Elle, c’est Emelyne, 76 ans. Cette retraité est venue assister à une conférence sur la place des seniors dans la société, à L’auditorium de la bibliothèque Louis Nucera à Nice ce mardi. Forte de son expérience et surtout de son vécu, elle tente aujourd’hui d’inculquer à ses petits enfants la meilleure façon de ne pas appréhender la vieillesse. Et pour y parvenir, elle peut compter sur son long passé de baroudeuse. Nomade depuis sa plus tendre jeunesse, Emelyne a visité de nombreux pays. L’Afrique en passant par l’Inde mais aussi l’Asie. « Les populations orientales m’ont énormément apporté. Elles ont le cœur sur la main et se contentent bien souvent de se qu’on leur donne » dit-elle.

Encore aujourd’hui, elle continue de voyager. « Je suis curieuse de nature. Je pense que l’Homme a encore beaucoup à apprendre de lui-même » ajoute t-elle. Cette relation avec l’Orient lui a permis de voir la vie différemment mais aussi de l’appréhender autrement. Emelyne prend beaucoup sur elle et relativise quotidiennement. « Chaque jour je le vis comme le dernier. Je profite à fond de chaque minute qui passe en compagnie de mes amies. Je voyage encore et apprend perpétuellement. C’est un réel plaisir. »

La future génération

Aujourd’hui les seniors ont encore un grand rôle à jouer. Ils permettent notamment une meilleure évolution de la nouvelle génération grâce à leur lenteur d’exécution. « Mes petits enfants ont besoin de ça. Ils grandissent mieux et ne se sentent pas oppressés par le stress quotidien de ses parents » ajoute t-elle. La vieillesse n’est pas vécue de la même façon pour tout le monde. Emelyne reste positive et pour elle « la vie est longue ». « Je pense que nous avons encore notre place. Nous pouvons être d’une grande utilité pour les futures générations » conclut-elle.

Yohann Goyat