Les smartphones, pas si cools que ça

0
90

Depuis l’avènement du téléphone intelligent, sa consultation permanente est devenue monnaie courante. En moyenne en France, on toucherait notre smartphone près de 221 fois par jour. Pourtant, sa consommation, devenue addictive, révèle de nombreux dangers…

Ne vous est-il jamais arrivé de consulter vos mails ou votre compte Twitter pendant que quelqu’un vous parlait ? Il est fort probable que oui. D’une, c’est impoli. De deux, ce comportement révèle un premier problème. Par le contact permanent avec les réseaux sociaux, leurs utilisateurs en oublient leurs liens amicaux et amoureux dans la vraie vie. « Aujourd’hui, le lien social direct en France est très endommagé« , explique Fatma Bouvet de la Maisonneuve, addictologue et psychiatre à l’hôpital Sainte Anne de Paris, il y a une véritable explosion du nombre de personnes souffrant de phobie sociale et qui paradoxalement trouvent refuge dans leur smartphone« . Passer son temps à bidouiller sur son téléphone serait-il devenu trop facile ? Car même en cherchant à se donner une image sur les réseaux sociaux pour compenser un manque criant de présence « in real life », l’utilisateur addict aux smartphones se renferme davantage sur lui-même.

Des troubles psychiques inhérents

En plus d’entretenir cette solitude, les smartphones seraient également responsables de troubles psychiques du comportement. Selon une étude turque menée sur des étudiants et rapportée par le Journal international de médecine, une telle addiction serait une origine de l’anxiété et de la dépression chez les jeunes. De ces deux signes découlerait également un troisième trouble psychique : la mauvaise qualité du sommeil. Les sujets à ce type d’addiction tomberaient même dans un cercle vicieux puisque le manque de sommeil induirait à son tour des troubles de l’anxiété et de la dépression, et ainsi de suite.

L’impossibilité à se concentrer

Les utilisateurs les plus atteints par ce type d’addiction auraient de plus une forte difficulté à se décrocher de leur smartphone. Selon un article du Parisien-Aujourd’hui en France, ce comportement révélerait plusieurs symptômes : le besoin de vérifier en permanence son smartphone pour voir si l’on n’a pas de message, l’anxiété lorsque l’on n’a pas de smartphone sur soi et ainsi, la difficulté à se concentrer quand il s’agit de faire autre chose, et notamment ses devoirs.

Adrien Lévêque

Crédit : jim.fr