Les Samoa, pays des hommes carrés

0
384
Les Samoans expriment toute leur joie après leur victoire face au Pays de Galles

Sous-cotés durant des années par le rugby mondial, les Samoa tentent de se faire une place sur la scène internationale. Passés du dixième au neuvième rang, juste devant l’Écosse, les hommes du Pacifique sont en constante progression.

Les Samoans expriment toute leur joie après leur victoire face au Pays de Galles

Face aux Bleus, le combat s’annonce rude. Mélangez la fougue à la fierté, saupoudrez le tout d’un zeste de folie pour obtenir un cocktail détonnant : le Samoan. Prêt à l’emploi dans n’importe quelle circonstance, il ne rechigne jamais à la tâche. Éteindre les lumières de son adversaire à tous les étages ne lui fait pas peur. Psychologiquement, l’homme carré prend le dessus dès le début de la rencontre. Au Millenium de Cardiff, l’ailier David Lemi commande le Siva tau. Comme le décrit ce chant, le guerrier Samoa est prêt à endurer le pire. L’ouvreur gallois en fera les frais, 17 minutes plus tard. Sorti sur blessure, l’épaule emmitouflée et le visage ensanglanté, il se souviendra de cette charmante rencontre.

La fierté d’un peuple

Outre ses caractéristiques physiques impressionnantes, le Samoa dispose de ressources mentales inépuisables. Les statistiques face aux tricolores ne sont pas glorieuses. Les coéquipiers de Tusi Pisi ne se sont jamais imposés contre le XV de France. Pourtant, samedi, forts de leurs victoires face au Pays de Galles, le pré devrait trembler.  L’absence des frères Tuilagui, emblèmes de la puissance de l’équipe, ne se fait pas ressentir. Cette supériorité se caractérise par un pack massif. Le cinq de devant est indéboulonnable. Mais l’hémisphère sud est également réputé pour son jeu. Derrière, les combinaisons s’enchainent. Feinte de passe, pas de l’oie, crochets, tout est fait pour tromper la défense. De nature bondissante et rapide, le Samoa aime les actions d’envergure. Repartir de ses 22 mètres ne lui fait pas peur. Les Bleus savent à quoi s’attendre. L’homme du Pacifique est avant tout un bricoleur. Mettre un adversaire en pièce, s’amuser avec. Bien mieux, il est un esthète. Fan incontesté de la rapidité d’exécution, il joue avec le feu, quitte à s’y brûler. Une chose est sûre, samedi, à l’entrée des guerriers sur la pelouse, tout un peuple sera derrière son équipe.

 

Florian Dalmasso