Les pongistes français ont fière allure

0
90
Quentin Robinot, champion d’Europe junior par équipe en 2011 - CR

Le tennis de table dans l’hexagone c’est aujourd’hui près de 200 000 licenciés. Si la France a brillé durant les années 90 grâce à ses « mousquetaires » Jean-Philippe Gatien, Damien Eloi, Patrick Chila et Christophe Legout, les années 2000 ont été moins glorieuses. Après une décennie sevrée de podiums mondiaux, le « ping » français retrouve des couleurs grâce à une nouvelle génération très prometteuse.

Mai 1993, le sport français connaissait ses plus belles heures. Le CSP Limoges, en basket-ball et l’Olympique de Marseille, en football, viennent de se hisser sur le toit de l’Europe. Visiblement plus ambitieux, Jean-Philippe Gatien va quant à lui devenir le premier Français sacré champion du monde de tennis de table à Goteborg, après sa victoire face au Belge Jean-Michel Saive. Un exploit quand on connaît la suprématie qu’exercent les Asiatiques dans cette discipline.

Depuis, plus rien, ou presque. Une dernière médaille de bronze en double, pour la paire Gatien-Chila, aux Jeux Olympiques de Sydney sonne le glas des années fastes du tennis de table tricolore.

La relève est en marche

En 2013, pour voir des Français truster des podiums, il faut dorénavant regarder chez les jeunes. Dans les catégories cadets (moins de 16 ans) et juniors (moins de 18 ans), la France est même de loin la première nation européenne. Mieux, elle est la seule à pouvoir rivaliser avec les Chinois et les Japonais. Sur les trois dernières années, les Bleuets (et Bleuettes) ont récolté pas moins de 34 médailles dont 9 titres, aux championnats d’Europe, que ce soit en individuel, en double ou par équipe. Personne n’a fait mieux.

Chef de file de cette génération dorée, Simon Gauzy, 19 ans, a gagné plus de 200 places au classement mondial en seulement 2 ans. Il pointe aujourd’hui à la 75ème place mondiale. Avec ses compères Quentin Robinot et Tristan Flore, il a notamment ramené une médaille de bronze par équipe aux championnats du monde junior de 2011. Ce Toulousain d’origine a fait des émules puisque son petit frère Paul, âgé de 17 ans, est pensionnaire du Cavigal Nice TT en Pro B. Il dispute actuellement les Championnats du monde Junior au Maroc avec l’équipe de France.

Encore quelques efforts à faire

Pour Frank Cussy, président du Nice Cavigal TT, le tennis de table peut encore évoluer. « Malheureusement ce sport n’est pas suffisamment médiatisé. La FFTT (Fédération Française de Tennis de Table) fait beaucoup d’efforts pour démocratiser la discipline mais il y a encore beaucoup de travail ». Outre les problèmes de médiatisation, se pose aussi la question des infrastructures. Tout comme Istres, le Nice Cavigal TT est un des seuls clubs professionnels à ne pas avoir une salle spécifique. Le club doit en effet partager le gymnase Raoul Dufy avec le handball. « Sans une salle spécifique pour le tennis de table nous  sommes limités. Nous ne pouvons pas concrétisés notre projet de créer un centre de formation niçois ».   Malgré ces petits bémols, les résultats et la volonté des dirigeants ne manquent pas en France. Assurément il faudra suivre de près ces jeunes pongistes dans les années à venir. Désormais le « ping » de haut niveau est de retour en France, qu’on se le dise !

Dimitri Gressard