Les ministres révèlent leur patrimoine

0
34
Gouvernement Ayrault

Le patrimoine de l’ensemble des ministres du gouvernement Ayrault sera dévoilé publiquement lundi. Cette mesure a été prise à la suite du discours de François Hollande sur la moralisation de la vie politique.

Infogram : http://infogr.am/4f3ca0f68156-5831/

C’est jeudi avant midi que l’ensemble des ministres a dû envoyer sa déclaration de patrimoine au Secrétariat Général du Gouvernement (SGG) avant la publication officielle qui se fera lundi prochain. De nombreux politiques de droite ou de gauche n’ont pas attendu qu’une loi les y oblige, ils ont levé le voile sur tout ce qu’ils possèdent.

La toile n’est pas tendre avec nos élus. Beaucoup qualifient ce geste, censé redorer le blason du gouvernement et de la classe politique, de démagogique. Certains dénoncent le déballage de la vie privée des élus et une sorte de voyeurisme. Sans compter sur ceux qui affirment que cette mesure est inutile –dont Christian Estrosi qui affirme que «ces déclarations ne résoudront rien». Leur argument principal: ces déclarations sont basées sur leur bonne foi, quel ministre avouerait détenir un compte dans un paradis fiscal ?

Certains ministres prennent les devants

Huit des 38 ministres ont d’ores et déjà publié leur patrimoine. Sans tabou et sans surprise non plus, allant de la déclaration d’un fauteuil à celle d’une maison à quasiment un million d’euros. Certains ont simplement répondu aux questions des journalistes, d’autres ont dévoilé leur patrimoine sur leur blog ou site personnel. Dans les huit déclarations publiées, les montants vont de 25 000 euros pour Najat Vallaud-Belkacem, ministre du Droit des femmes, à 1,4 million d’euros pour Marisol Touraine, ministre de la Santé.

Un écran de fumée qui arrive à temps

Pour Jean-François Copé, «aucune des mesures proposées n’aurait empêché l’affaire Cahuzac puisque tout repose sur la déclaration de patrimoine, (que) nous faisons depuis des années […] Monsieur Cahuzac avait remis sa déclaration de patrimoine». L’opposition voit dans les annonces du gouvernement un écran de fumée visant à faire oublier l’affaire Cahuzac et ses conséquences.

Martin Alargent