Les jeux de rôle sortent de l’ombre

0
103
Une table, un crayon, des feuilles et des dés, il ne faut rien de plus pour jouer.

Les jeux de rôle sont obscurs pour la culture populaire. Peu de monde s’y intéresse, pourtant à Nice, ce genre est en essor.

La création d’un personnage, de son nom jusqu’à son histoire. Des batailles effrénées contre des hordes de gobelins. Des mystères à résoudre pour sauver une ville. Autant de moment où l’imagination est mise à rude épreuve. Cette absence de repère concret et la prédominance de l’imaginaire d’une ou plusieurs personnes peuvent interroger certaines personnes.

Mais ils sont de plus en plus à passer outre pour découvrir cet univers. À Nice, des boutiques sont spécialisées dans les jeux de rôle pour répondre à une attente toujours plus grandissante. Jeux Super Sympas pour Tous (JSST) fait partie de ces magasins. « Les livres de jeux de rôles se vendent bien », déclare Stéphanie, vendeuse de la boutique. Elle explique « il y a de plus en plus de nouveaux joueurs qui viennent ici. Il y a des étudiants qui veulent découvrir ce divertissement mais aussi des personnes d’une trentaine d’années qui y sont déjà familiers».

« Une association est plus que bienvenue »

De nouvelles recrues mais aussi d’anciens joueurs viennent agrandir les rangs des adeptes de jeux de rôle. Pour réunir ces joueurs un groupe d’amis a créé l’association C’est Pas D’rôle en 2008. « A la base, ils étaient 4 ou 5 à monter l’association. Elle a duré pendant un temps avec moins d’une dizaine de membres », souligne Alexis, actuel président de l’association. Une bande qui voulait se réunir pour jouer ensemble et faire partager leur passion. Maintenant l’association compte une quarantaine de membres. Il affirme « il y a une très forte demande et une association est plus que bienvenue afin de fédérer l’ensemble des joueurs ».

« On est spectateur, acteur »

Les jeux de rôle font participer. Personne n’est réellement passif, il faut vivre l’histoire pour faire vivre son personnage. « on est spectateur, acteur et parfois auteur, scénariste et réalisateur à la fois » raconte Jean-Olivier, joueur niçois. Autre point fort des jeux de rôle, le côté sociabilisant. Florent, un partenaire de table admet : « Le jeu de rôle et le jeu de manière générale, sont revenus à la mode, et sont en train de se populariser selon moi. Il n’y a qu’à voir la croissance d’affluence que connaissent les salons comme la Paris Games Week ». Jean-Olivier renchérit « avec la bonne osmose à la table, la satisfaction peut dépasser le fun d’un bon film, un bon roman, un bon jeu vidéo ou une bonne bouffe entre potes ».

 Dume Vitali