Les collégiens déchirent des maillots de football pour dire stop à la contrefaçon

0
68
Fleur, Chloé et Zoé s'y mettent à trois pour déchirer un maillot

Pour la journée mondiale de la lutte contre la contrefaçon, la douane intervient dans deux collèges : Roland Garros et Ségurane. Une première à Nice qui marque les esprits.

24 élèves attentifs, un diaporama, deux agents de la douane et un sac remplit de faux maillot prêts à être déchirer. Le cours d’éducation civique ne sera pas comme les autres aujourd’hui au collège Rostand. Les élèves de 4 ème du s’installent, se déplacent, tout le monde veut être à coté de son copain. Ca y est, ils sont prêts à comprendre : la douane qu’est – ce que c’est ? Comment ça marche ? Et la contrefaçon, ça ressemble à quoi ? Marie – Christine Kuntz raconte son métier, les techniques pour reconnaitre une contrefaçon et à quoi l’on s’engage quand on en fait l’acquisition. La réponse ? Jusqu’à 3 ans de prison et 300 000 euros d’amende. Il faut aussi savoir que les fausses marchandises peuvent être dangereuses pour la santé. Surtout quand il s’agit de lunettes, parfums ou médicaments. Marie – Christine cite alors une anecdote stupéfiante : « On a retrouvé un conservateur étonnant dans les parfums chinois. Pour payer le moins cher possible, ils ont utilisé de l’urine animal ». Pour illustrer le tout, Patricia Millien, adjointe du chef divisionnaire, étale plusieurs pièces : faux sac hermès, imitation hello kitty ou encore jouets de nos enfances qui ne fonctionnent qu’à moitié. A cet instant, les élèves se réveillent, un peu endormis par un discours compliqué. Ils ont tout de même retenu des éléments importants : pour l’année 2014, 106 698 contrefaçons ont été saisies juste à Nice. Un chiffre qui étonne Zoé, la petite brune du second rang : « Je ne pensais vraiment pas qu’il y en avait autant. ». Pour obtenir une telle récolte, 244 agents se démènent tous les jours sur les aéroports, les trains, les routes, et même… à la poste ! Certains connaissent bien les rouages. Eulysse, du haut de ses 12 ans, a déjà eu affaire à la douane : « J’ai l’habitude. Quand je rentre de mes vacances au pays, on nous confisque de la nourriture et on nous demande de l’argent. ».

Destruction des contrefaçons

Viens alors le moment fatidique : le déchiquetage des maillots de football du FC Barcelone et du Real Madrid. Alexandre, jeune fan du club catalan, a un petit pincement au coeur : « Je voudrais bien repartir avec ». Mais pour autant, à son jeune âge, il reconnait les supercheries : « Il manque le sponsor, ici. Et là, ce n’est pas la bonne couleur ».  Et si ce collégien n’est pas ravi, d’autres s’en donnent à coeur joie. Foot ou non, le moment défoule. Les maillots de Messi et Ronaldo finissent en guenilles sous les tables. Plus bon, qu’à faire des chiffons, et encore… Tous ces déchets finiront à l’incinérateur, au même titre que les ordures ménagères. Pas de recyclage à la douane. Les dangers sont trop élevés puisqu’on ne connaît pas forcément la composition des produits saisis.

Mélanie Corbier

 La contrefaçon c’est quoi :

« La contrefaçon est une violation d’un droit de propriété intellectuelle par le fait de reproduire ou d’imiter quelque chose sans en avoir le droit ou en affirmant ou laissant présumer que la copie est authentique. La notion de contrefaçon a souvent une connotation péjorative, sous-entendant une chose de mauvaise qualité ».

 Les secteurs les plus touchés sont : les produits de luxe, les pièces automobiles, la pharmaceutique et les médicaments, le textile et les accessoires de mode et l’électronique.