Les calendriers « homemade » en Avent

0
141

Si pour certains l’arrivée de l’hiver est significative de neige et de période de ski, pour d’autres, c’est l’occasion de satisfaire leur envie de chocolat… Ou pas. À Nice, de plus en plus de personnes choisissent de confectionner elles-mêmes leur calendrier de l’Avent. 

« Entre les deux mon coeur balance ». D’un côté, la reine des neiges. De l’autre, les Avengers. Manon Villino, mère de famille, doit subir l’épreuve du choix du calendrier. « Je n’ai pas envie d’en acheter un traditionnel, cette année. Il y a trop de choses. »  Par trop de choses elle sous-entend choisir entre Olaf, les Trolls, des poupées barbies, des sapins, ou encore le fameux Kinder. Des calendriers de l’Avent il y en a partout. Pour tout le monde. Il y en a trop. « Les gens se lassent des  chocolats. Surtout qu’avec  la crise, ils n’ont plus 16 ou 22 euros à dépenser dedans. » explique, Amélie Bes, manutentionnaire à Monoprix.

S’il reste tout de même un incontournable dans les foyers, un nouveau concept se démarque depuis quelques années. La fabrication maison de ses propres calendriers. À Nice, Chantal Adrien en a fait sa poule aux oeufs d’or. Du scrapbooking (décoration d’un cahier) aux bijoux personnalisés, cette sexagénaire a déjà reçu ses commandes pour la confection de ses prochains ouvrages. « C’est beaucoup plus ludique et original. Ils peuvent apporter leurs pattes à l’ouvrage. Les gens aiment mettre ce qu’ils veulent dedans et c’est ce qui attire ». Et à ce niveau, certaines personnes se découvrent une imagination débordante. Ouvrez une case et obtenez une bouteille de vin, une bière, voire même du champagne ou des cocktails. Plus éducatif, des notes, des pensées, des anecdotes ou des défis à relever : « ouvrez votre esprit à l’imaginaire » rétorque Chantal Adrien. Et ces nouveaux calendriers à la mode, ont un prix : 24 euros si vous choisissez de l’acheter tel quel.  Au milieu des filets de perles et de livres, Emilie Luce, une habituée, a déjà commencé à fabriquer son propre calendrier. « Je trouve ça plus mignon et au moins je partage un bon moment avec mes enfants. Ca leur occupe l’esprit. » Alors, pour contrecarrer le coup, les gros groupes industriels essaient d’innover. Comme l’entreprise Kinder et sa publicité. Pour trois calendrier achetés, un sapin offert.

Prescilia Correnti