Les bureaux de tabac du 06 menacés par une loi sur l’importation de cigarettes

0
63
Crédits : Tomasz Sienicki

Pas facile d’être buraliste à seulement quelques kilomètres de la frontière italienne. Encore moins à partir du 1er janvier 2014, date à laquelle entrera en vigueur une nouvelle législation prévoyant de doubler les quantités de cigarettes pouvant être importées en France.

De cinq cartouches de cigarettes actuellement, le quota passera à dix, de quoi inquiéter de nombreux débitants de tabac azuréens. Notamment ceux de Menton, les plus touchés en raison de l’Italie frontalière. Une décision de la Cour de justice de l’Union Européenne, qui jugeait la réglementation française en matière d’importation de tabac trop protectionniste. Mais cette nouvelle mesure pourrait ne pas avoir autant d’impact qu’escompté.

Une gérante d’un tabac-presse mentonnais, perplexe face à l’importance que ses collègues accordent à cette loi, a tenu à relativiser. « Cette nouvelle loi ne va pas changer grand-chose, c’est un non-événement. On perd déjà énormément d’argent et on doit vivre chaque jour avec le risque de mettre la clé sous la porte à tout moment. Nous sommes totalement impuissants face à cette situation qui ne date pas d’hier« , a-t-elle déploré.

Une frontière poreuse

La buraliste a fustigé la suppression des droits de douane à l’importation pour les Etats-membres de l’Union Européenne, appliquée depuis 1997 et principale cause de ce manque à gagner selon elle. « Cela fait seize ans que ça dure. Les gens vont à Vintimille pour s’approvisionner en cigarettes bien au-delà des quantités légales. Il n’y a aucun contrôle. La frontière entre la France et l’Italie est devenue très poreuse. Même les douaniers vont se servir en Italie, ça me met en colère« , s’est-elle indignée.

Elle a également pointé du doigt d’autres menaces pour son activité comme la concurrence de la cigarette électronique et surtout l’augmentation à venir du prix du tabac en France. En effet, une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, le paquet de cigarettes devrait être vendu vingt centimes de plus à partir du 1er janvier 2014. De quoi creuser encore un peu plus l’écart avec les prix pratiqués en Italie.

Mathieu Presseq