Les antivols alimentaires débarquent dans vos supermarchés

0
378
Certains produits alimentaires, le poisson et la viande notamment, sont désormais equipés d’antivol. (Crédit photo Nicolas Mangeard)

A Nice le phénomène s’amplifie, les viandes et les poissons sous vide sont désormais protégés d’un antivol. Une réponse des grandes enseignes à la hausse des vols de l’alimentaire.

Certains produits alimentaires, le poisson et la viande notamment, sont désormais equipés d’antivol. (Crédit photo Nicolas Mangeard)

Ils ne s’affichent pas encore partout. Seuls certains magasins de la ville ont cédé à la tentation de placer des antivols sur les emballages de produits alimentaires. La mesure paraît exagérée. Et certains responsables de boutiques n’assument pas la mesure. Comme au Géant Casino situé près du Paillon, où le journaliste n’est pas vraiment le bienvenu. « On ne communique pas sur le sujet et les photos ne sont pas autorisées dans le magasin ». Les grands groupes hésitent encore sur la marche à suivre. Si Leclerc ou Auchan n’osent pas trop en parler, Carrefour assure ne pas disposer de système de sécurité sur ces denrées.

Des produits à faible plus-value

A l’Intermarché du port en revanche, on est beaucoup plus disert sur les raisons de mettre des antivols à des produits du quotidien. Pour David, le responsable du magasin, c’est « une réponse à l’augmentation des vols constatée depuis plusieurs mois ». Si l’explication de la crise est avancée, ce n’est pas le seul argument pour le gérant. « Lorsque les gens volent des produits avec une forte plus-value, on peut porter plainte et avoir une chance d’être remboursé. Pour des produits comme la viande, c’est bien plus compliqué. Face aux vols, nous étions obligés d’agir ».

Des mesures de sécurité à adapter

Le responsable du magasin déplore également les nouveaux comportements de certains voleurs. « Ils n’hésitent plus à observer les caméras et trouver les angles morts. D’autres ont aussi essayé de passer la sécurité avec 220€ de produits volés dans une poussette ». Comme quoi, les antivols ne suffisent plus.

 

Maxime Bapsères

Voir aussi : De plus en plus d’antivols sur l’alimentation

A savoir 

L’alimentation principale préoccupation des Français

Selon un sondage de Viavoice pour Les Echos et France Info, réalisé en octobre, 53% estimaient que leur pouvoir d’achat baisserait sur trois mois. La principale inquiétude concernait alors les dépenses alimentaires pour 44% des sondés. Ce chiffre confirme l’impression que l’alimentaire tendrait à devenir un luxe.