Les agresseurs dans le train, la SNCF crie gare !

0
36

Avec environ 3 millions de voyageurs chaque année dans les Alpes-Maritimes, les voyageurs azuréens sont-ils vraiment en sécurité ?

Le trafic interrompu pour une grève des contrôleurs, tous les usagers ferroviaires connaissent cette situation. Les agents de la SNCF protestent souvent contre les violences qu’ils subissent. Jean-Pierre*, contrôleur dans les A.-M. avoue, «nous allons parfois travailler la peur au ventre !». Pour lui, les violences ont augmenté et les voyageurs sont de plus en plus intolérants entre eux. «De toute manière, il n’y a pas assez de personnel pour assurer la sécurité aussi bien des agents de la SNCF comme des passagers. Pour un train à deux niveaux, il faut deux agents, mais dans une rame unique, il en faudrait quand même deux !» s’exclame Jean-Pierre. La SNCF annonce que la lutte contre l’insécurité et les incivilités est une priorité et que des moyens sont constamment utilisés sur la zone sureté méditerranée. Cette zone représente la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Languedoc-Roussillon. Sur 242 agents dédiés à la sécurité, 51 sont en activité sur la Côte d’Azur. Le premier dispositif de sureté, c’est la vidéo-protection dans les gares et les trains. Quelque 450 caméras sont déployées dans les gares de la région et un peu plus de la moitié des TER sont équipés de la vidéo. Ces mesures permettent de poursuivre en justice les auteurs d’actes malveillants et les délinquants. Malgré tous ces dispositifs, Maxime Fontaine, 20 ans, s’est fait agresser dans son train en gare de Cagnes-sur-mer. «Je suis rentré dans le wagon, ils étaient trois et ont commencé par me demander une clope et m’ont très vite réclamé mon portable» explique le jeune homme. «J’ai mis une droite au premier, puis un coup de tête et il ont sorti un couteau. Je leur ai donné et au final l’assurance m’a payé un nouvel Iphone.» Des opérations communes sont organisées entre les agents SNCF et la police à bord des trains et lors de leur arrivée en gare. A Nice, la brigade des agents SNCF est composée d’une quarantaine de contrôleurs qui interviennent sur les TER. Huit agents complètent le dispositif et assurent des opérations de contrôle dans les gares des axes Vintimille-Les Arcs, Grasse-Nice/Breil.

* Le prénom a été modifié

Louis-Guillaume Bouquet-Dias