Les 7 moments clés de la saison 2017 de Rafael Nadal

0
198
Rafael Nadal termine la saison numéro 1 mondial pour la 4è fois de sa carrière / CP : IB Times

Cela faisait trois ans que Rafael Nadal n’avait pas terminé la saison à la place de numéro 1 mondial. Le tennisman de 31 ans a connu une véritable renaissance cette année, après plusieurs blessures qui ont gâché sa progression.

1) 16 au 29 janvier : finaliste de l’Open d’Australie

Le dur n’est pas sa surface de prédilection mais Rafael Nadal a répondu présent pour le premier Grand Chelem de la saison. Les deux premiers tours ont permis à l’Espagnol de monter en puissance : 2 victoires en 3 sets contre Mayer et Bagdatis. La seconde partie de tournoi est plus compliquée pour Nadal. Le 3è tour contre Alexander Zverev représente un premier test. Plus de 4 heures de combat pour se débarrasser du jeune allemand en 5 sets. Gaël Monfils, Milos Raonic et Grigor Dimitrov batailleront avec leurs armes mais n’empêcheront pas le vainqueur de l’Open d’Australie 2009 de rallier une quatrième finale à Melbourne face à son meilleur ennemi Roger Federer. Les « vieux briscards » du tennis ont livré un intense combat de plus de 3h30, où Roger Federer l’emporte en 5 sets 4-6, 6-3, 1-6, 6-3, 3-6. La malédiction continue pour Rafael Nadal.

2) 8 mars au 2 avril : nouvelles défaites face à Federer aux Etats-Unis

Pour les premiers Masters 1000 de la saison, il ne part pas favori. A Indian Wells, le trentenaire est battu par Roger Federer en un peu plus d’une heure de jeu dès les huitièmes de finale. On a pu voir lors de ce tournoi les difficultés qu’il éprouve sur cette surface de jeu. Rafael Nadal remet les pendules à l’heure la semaine suivante à Miami. Un niveau du jeu plus élevé, des adversaires balayés en 2 sets et des retrouvailles avec Federer en finale pour une 3è confrontation en 2017. Et toujours le même résultat : une défaite 4-6, 3-6. Une saison sur dur en demi-teinte.

3) 17 au 30 avril : la double décima 

Le retour de la terre battue est du pain béni pour Nadal. Il vise la décima au Masters 1000 de Monte Carlo. Après un premier match poussif face à Kyle Edmund, l’Espagnol a fait du Nadal : très peu de jeux concédés, un temps passé sur les courts minimal et une victoire facile en finale face à son compatriote Albert Ramos en 2 sets 6-1 6-3. Il remporte son 70è titres, le 50è sur terre battue. La semaine suivante, il est logiquement favori à Barcelone, chez lui. Face à des adversaires qui sont au-delà du top 50, hormis Dominic Thiem. Il n’éprouve aucune difficulté pour s’adjuger un 10è titre à Barcelone en l’emportant face à l’autrichien 6-4 6-1. Il devient le premier joueur à remporter 10 fois deux tournois différents. Après un 5è succès à Madrid, l’Espagnol prend la tête de la Race à Roger Federer (meilleur joueur de la saison), qui n’a participé à aucun tournoi sur terre battue.

4) 28 mai au 11 juin : Rafa le Grand sans rivaux à Roland Garros

L’objectif du Majorquin était de remporter la 3è décima de sa saison. Sans Roger Federer sur son chemin, le ciel est dégagé pour réaliser ses objectifs. Ses statistiques à Paris sont impressionnantes : 96 victoires pour seulement 2 défaites. Rafael Nadal va surfer sur sa dynamique pour étriller ses adversaires sans réel soucis. Benoit Paire, Robin Haase, Nikoloz Basilashvili, Roberto Bautista Agut, Pablo Carreño Busta, Dominic Thiem (seul joueur à avoir gagné contre lui sur terre battue cette saison) et Stanislas Wawrinka n’ont été qu’illusion face au nouveau numéro 2 mondial qui aura impressionné par sa régularité et sa facilité durant la quinzaine. Il n’a perdu aucun set, concédé seulement 35 jeux et s’adjuge son 15è Grand Chelem (10è titre Porte d’Auteuil). Une saison sur terre battue presque parfaite pour Nadal (24 victoire, 1 défaite). Dès lors, il valide sa qualification pour le Masters de Londres (12-19 novembre).
5) 3 au 16 juillet : La malédiction à Wimbledon se poursuit

Nadal arrive à Londres sans avoir disputé un seul tournoi de préparation, il a préféré se reposer après ses succès sur terre battue. Lui qui se dit maudit dans ce tournoi du Grand Chelem (il n’a plus atteint les quarts de finale depuis 2011), craint particulièrement les premiers tours. Son jeu est correct, il passe les premiers sans encombre avant de rencontrer Gilles Muller, spécialiste du gazon, en huitièmes de finale. Après 5 heures de combat, le vainqueur de Roland Garros cède en 5 sets, après avoir remonté un handicap de 2 sets.

6) 14 août au 10 septembre : numéro 1 mondial et 3è succès à l’US Open

Sa participation au Masters 1000 de Cincinnati lui assure la place de numéro 1 mondial, suite aux forfaits de Federer et Murray. Il sera éliminé dès les quarts de finale par l’Australien Nick Kirgyos, après avoir disputé 2 matchs en 1 journée. Il aborde le dernier Grand Chelem de la saison en numéro 1 au classement ATP, une première depuis 2014. Lors de l’US Open, il ne rencontre aucun joueur du Top 50 jusqu’en demi-finale, où il se frotte à Juan Martin Del Potro, tombeur de Roger Federer. Dans un match très disputé, malgré la perte du premier set, le double vainqueur du tournoi remet les pendules à l’heure et s’impose en 4 sets. Il remporte facilement la finale face à Kévin Anderson (32è mondial) en 3 sets et 2h30 de jeu.

7) Fin de saison douloureuse

Après sa victoire au tournoi de Pékin, Rafael Nadal retrouve Federer lors du Masters 1000 de Shanghai. L’enchaînement des matchs et une blessure au genou auront raison de l’Espagnol qui s’incline pour la 4è fois de la saison face au Suisse. Il arrive à Paris pour le dernier Masters 1000 de la saison en grand favori, malgré sa blessure. Après deux victoires, il se retrouve en quart de finale et est assuré de terminer numéro 1 mondial à la fin de la saison. Il préfèrera abandonner en quart de finale pour se reposer dans l’optique du Masters de Londres. Placé dans le groupe Pete Sampras avec David Goffin, Dominic Thiem et Grigor Dimitrov, il s’incline face à Goffin après 2h37 de jeu et une douleur au genou insupportable. Il déclare forfait pour la fin du tournoi.

Analie Simon